ToulÉco

En réponse à :

Georges Méric appelle à l’union locale contre la privatisation de Toulouse-Blagnac

18 octobre 09:31, par Denis Apvrille

Le problème n’est pas tant la « privatisation » de la société d’exploitation de l’Aéroport, que la prise de contrôle par une société chinoise. En effet, la réciproque n’est pas possible (une société européenne ne peut pas avoir la majorité d’une société chinoise, et encore moins de l’exploitation d’un aéroport chinois). Le problème est aggravé par le fait que la Chine n’est pas un pays à économie libre. Donc l’Etat chinois peut intervenir dans toute société, même non contrôlée par l’Etat, et notamment lui faire accorder des prêts garantis par l’Etat, ce qui lui permet de contrôler des sociétés étrangères facilement. Et (...)

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.