En Occitanie, Arterris étanche sa soif avec une nouvelle bière locale

Le groupe coopératif Arterris vient de lancer une gamme de bières locales produites à partir d’orge brassicole de la région. Un débouché supplémentaire pour plus de 150 agriculteurs d’Occitanie, dont l’orge sera valorisée en 2021 par la Malterie Occitane, à Saint-Sulpice-la-Pointe, dans le Tarn.

L’engouement pour les bières artisanales, qui représentent actuellement 10 % du marché français, a donné des idées à Arterris. Le groupe coopératif agricole vient de lancer sa propre marque de bières locales, Espigal – épi de céréale en occitan –, produite à partir d’orge brassicole cultivée dans le Lauragais, le Tarn, le Tarn-et-Garonne et l’Ariège. Cette nouvelle gamme, distribuée dans tous les magasins Arterris d’Occitanie, les réseaux Gamm Vert, Larroque et Les Fermiers Occitans, s’inscrit dans une stratégie globale de la coopérative visant à valoriser la production de ses agriculteurs adhérents et à leur assurer des débouchés locaux.

« Nous avons lancé fin 2019 la marque de riz, pâtes et légumes secs "De vous à nous" pour faire connaître les productions de la coopérative et rapprocher les agriculteurs du client final. La bière Espigal a été imaginée dans le même esprit, en misant sur une distribution de proximité. Nous voulons rester sur une quantité maîtrisée afin que la valeur ajoutée soit équitablement reversée aux agriculteurs et qu’ils s’y retrouvent financièrement », explique Leïla Veillon, directrice marketing d’Arterris.

Une production de 500hl par an

Sur une production annuelle de 9000 tonnes d’orge en Occitanie, assurée par quelque 160 adhérents de la coopérative, 10 tonnes seront spécifiquement dédiées à la bière Espigal pour atteindre un volume de 500 hectolitres d’ici trois ans.

Une fois résolue la question de l’approvisionnement en céréales, restait à se pencher sur la transformation de l’orge en malt, indispensable à l’élaboration de la bière. Toujours dans une logique de circuits courts, Arterris est entrée à hauteur de 34 % au capital de la Malterie Occitane, créée en mai 2019 par Arnaud Jamin et Sébastien Rocher. Le projet de ces deux Toulousains, déjà à l’origine de la brasserie du Bec, à Toulouse, est d’ouvrir au second semestre 2021 à Saint-Sulpice, dans le Tarn, à la fois une brasserie et une malterie.

Retardés par la crise sanitaire, les travaux devraient démarrer en début d’année pour un investissement global de 4 millions d’euros. « Quand nous avons ouvert notre brasserie à Toulouse, nous nous sommes rendus compte que nous fabriquions une bière artisanale avec des matières premières qui venaient de très loin, d’où notre idée de créer notre propre outil de transformation. Dans la région, l’offre en malt local est très largement en dessous des besoins, estimés à 4000 tonnes par an. Pour l’instant, il n’existe qu’une malterie en Occitanie. La majorité des brasseurs se fournit à l’étranger ou dans le nord de la France », explique Sébastien Rocher.

Un projet de couveuse brassicole

À elle seule, la Malterie Occitane devrait produire quelque 1500 tonnes de malt par an à partir de l’orge collectée par Arterris, pour fournir à la fois les brasseurs de la région et la marque Espigal. « Nous voulons aider à structurer une filière brassicole en Occitanie et c’est dans ce sens que nous portons un projet unique en France de couveuse brassicole. Au sein de la malterie, nous accueillerons des brasseurs qui souhaitent démarrer une activité sans pouvoir encore investir dans le matériel. Ils pourront produire leur bière sur du matériel partagé. Le but est de les accompagner pendant un ou deux ans, le temps qu’ils puissent se lancer », précise Sébastien Rocher.
Très attendue par tout l’écosystème des microbrasseries, la Malterie Occitane devrait par ailleurs permettre la création d’une dizaine d’emplois d’ici cinq ans selon Arterris.
Johanna Decorse

Sur la photo : Lancée en septembre 2020, la marque Espigal d’Arterris propose une gamme de bières 100 % naturelles, en blonde, blanche et ambrée et, dès novembre, IPA. Crédit : Arterris.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/En-Occitanie-Arterris-etanche-sa-soif-avec-une-nouvelle-biere,29513