Financement : Occitanie Invest en bonne santé malgré la crise

Alors que le Salon de l’entreprise a été reporté, la convention du financement Occitanie Invest s’est bien déroulée mardi 17 octobre. Cette édition virtuelle a vu le nombre de rendez- vous professionnels augmenter. Mais la crise n’épargne pas pour autant le monde des startups.

L’agence de développement économique régionale Ad’Occ peut souffler. L’édition 2020 d’Occitanie Invest, qui organise des rencontres entre jeunes entrepreneurs et investisseurs, s’est déroulée sans accroc mardi 17 octobre. L’organisation fut pourtant pleine de rebondissements. L’évolution de la crise sanitaire a en effet obligé les organisateurs à transformer plusieurs fois la physionomie de l’événement, qui a basculé en total digital à cause du reconfinement.

Des rendez-vous professionnels en hausse

Christelle Mathieu, directrice opérationnelle déléguée croissance et entrepreneuriat chez Ad’Occ, est satisfaite : « Nous ne savions pas quelle allait être la réaction des investisseurs, s’il allait y avoir de la frilosité ou pas. Mais l’écosystème économique a répondu présent. Il y a eu 220 rendez-vous professionnels fixés entre entreprises et investisseurs. Ce qui est plus que l’an dernier (207). C’est le signe qu’il n’y a pas de perte d’intérêt pour les startups. Nous avions peur de l’aspect distanciel mais tout le monde a pris l’habitude des rendez vous en ligne durant le confinement. Le retour des participants est très positif. Beaucoup ont dit être impressionnés de la qualité de service malgré la crise actuelle. »

L’agence Ad’Occ va bientôt dresser le bilan de cette édition particulière. Voir ce qu’elle pourrait conserver à l’avenir du dispositif numérique mis en place cette année. Et si un événement physique est possible en 2021, il aura lieu à La Cité, où vient de s’installer l’agence économique.

Michel Pradille, le président de Capitole Angels, association de business angels toulousains, est enthousiaste après cette édition d’Occitanie Invest 2020 : « Capitole Angels a fait partie des jurys de sélection qui ont pu se dérouler en présentiel. C’est aussi le cas de nos équivalents montpelliérains de Melies Business Angels, avec qui nous formons Occitanie Angels », explique-t-il. « Nous connaissions certaines des startups qui avaient été présentées à l’association, nous en avons découvert d’autres. Et nous tenons à saluer la bonne qualité des projets que nous avons vus. »

Des impacts différents selon les startups

L’investisseur ne nie pas pour autant un impact de la crise sur le monde des jeunes pousses : « La crise a eu des conséquences différentes selon les projets. Nous avons eu moins de projets qui nous ont été présentés. Certaines instructions de dossiers (la toute première étape pour les startups dans l’association, NDLR) ont été suspendues, car c’était trop compliqué d’aller vers une levée de fonds. C’est le cas d’un projet en lien avec le sport amateur, qui a été confronté à l’arrêt du secteur cette année », poursuit Michel Pradille. « D’autres ont décalé leur levée de fonds à plus tard et se sont tournées vers d’autres systèmes d’aides, comme les PGE par exemple. Il y a enfin une troisième catégorie qui a pu bénéficier de la période car elle travaillait autour de thématiques porteuses comme la digitalisation. Ces startups ont pu accélérer car tout le monde a vu et compris l’intérêt d’y investir », explique Michel Pradille.

Capitole Angels a plusieurs projets en 2021. L’association veut par exemple créer avec M Capital un fonds à destination des startups. Il sera doté de 4,5 millions d’euros. Elle souhaite aussi monter des succursales d’Occtanie Angels à Albi, Castres, Montauban et Nîmes « pour que les startups ne soient pas soutenus seulement à Toulouse et Montpellier », éclaire le président de Capitole Angels qui « espère pouvoir aider davantage de jeunes pousses en 2021 ». Une amélioration du côté sanitaire l’aiderait très certainement à atteindre son objectif.
Matthias Hardoy

Sur la photo : Les startups ont pu présenter leur projet depuis un plateau TV situé au Centre de Congrès Diagora, animé par Priscille Lacombe (à droite). La captation était diffusée en direct en ligne pour les investisseurs. Crédit : Agence Ad’Occ.

En chiffres :

> 112 candidatures de startups ont été reçues par Occitanie Invest en 2020.
> 20 entreprises ont été retenues.
> 80 entreprises se sont inscrites pour pouvoir les rencontrer.
> En 2019, la levée de fonds des startups avait atteint au total 7 millions d’euros.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Occitanie-Invest,29972