Philippe Dagorno, 60 000 Rebonds : « Nous militons pour que l’échec entrepreneurial soit vu différemment »

60 000 Rebonds est une association qui vient en aide aux entrepreneurs après une faillite et leur montre qu’un échec professionnel n’est pas la fin de la vie. Rencontre avec Philippe Dagorno, son président Occitanie, alors que la période de crise actuelle pourrait aboutir à de très nombreuses défaillances.

Philippe Dagorno, l’action de 60 000 Rebonds se fait-elle en coopération avec les tribunaux de commerce ?
Nous travaillons effectivement en collaboration avec les tribunaux de commerce, qui nous indiquent les entrepreneurs dont les sociétés viennent d’être liquidées et que nous pourrions aider. On se fait connaître aussi des syndicats patronaux comme le Medef ou la CPME pour que les chefs d’entreprises nous identifient et nous gardent dans un coin de leur tête. Quand nous intervenons, l’entreprise n’existe plus. Reste l’entrepreneur, qui est traumatisé. Son traumatisme est à la fois professionnel et personnel mais aussi souvent financier, car beaucoup d’entrepreneurs investissent personnellement dans leur société. Notre accompagnement, qui dure au maximum vingt-quatre mois et en moyenne de douze à dix-huit mois, est assuré par un coach professionnel certifié, pour la partie reconstruction personnelle, et par un parrain entrepreneur, pour la mise en place d’un nouveau projet professionnel. Des experts métiers interviennent aussi selon le domaine d’activité de la personne accompagnée.

Après six ans, quels résultats pour vos accompagnements en Occitanie ?
Sur les quatre-vingt-treize entrepreneurs accompagnés depuis 2014, quarante-sept ont réussi leur rebond en Occitanie. Au niveau national, nous sommes à 93 % de réussite. Nous accompagnons actuellement vingt-six chefs d’entreprises. En général, au bout de vingt-quatre mois, 50 % s’orientent vers le salariat et 50 % vers l’entrepreneuriat. Mais un certain nombre auront des projets d’entreprise plus tard. Les personnes que nous accompagnons ont toutes dirigé leur business pendant des années, elles n’étaient pas préparées à vivre un échec. En France, on ne voit pas l’échec de la même façon que dans le pays anglo-saxons. Nous militons pour que l’échec entrepreneurial soit vu différemment. Aux États-Unis, les entrepreneurs des Gafa, par exemple, ne cachent pas avoir connu plusieurs échecs avant de trouver l’idée du siècle. En France, le regard est culpabilisant, beaucoup moins bienveillant. Les entrepreneurs se murent dans le silence. Ils s’endettent, mentent à leur famille plutôt que de révéler leurs difficultés. Leurs problèmes se multiplient, leur situation empire. Nous leur donnons des conseils pour ne plus jamais tomber dans cette spirale.

Proposez -vous un accompagnement psychologique aux entrepreneurs ?
Certains arrivent chez nous très mal avec des idées noires. Dans ce cas-là, on les orientent vers des psychiatres ou des psychologues que nous connaissons avant qu’ils ne reviennent ensuite vers nous. Notre accompagnement est un engagement intense qui nécessite d’avoir dépassé cette phase douloureuse. Les idées suicidaires sont aussi tabous que les échecs professionnels. Ils sont pourtant omniprésents autour de nous.

Avez-vous un regain de sollicitations depuis la crise actuelle ?
Aujourd’hui, nous sommes moins sollicités, car les entreprises sont sous perfusion, avec notamment les PGE et les reports de charges. Des procédures judiciaires sont suspendues. Mais lorsque cela va s’arrêter, il va y avoir de nombreuses défaillances. On s’y prépare. Nous pressentons une augmentation constante des demandes d’accompagnement en 2021. Nous avons besoin de bénévoles pour nous épauler.

Propos recueillis par Matthias Hardoy

Sur la photo : Philippe Dagorno, président Occitanie de 60 000 Rebonds. Crédit : DR

P.S. :

Pour l’accompagnement psychologique, 60 000 Rebonds a noué des liens avec le dispositif Apesa (Aide psychologique pour les entrepreneurs en souffrance aiguë), qui a des relais un peu partout sur le territoire.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Philippe-Dagorno-60-000-Rebonds-On-milite-pour-que-l-echec,29914