Objets connectés. OperaMetrix déploie un nouveau réseau à Toulouse

article diffusé le 7 juillet 2020

La société OperaMetrix termine le déploiement d’un réseau dédié aux objets connectés à Toulouse. Un projet qui doit permettre à l’entreprise de se positionner comme un acteur incontournable, à l’heure où les collectivités expérimentent la smart city.

C’est un projet à la fois citoyen, pédagogique et de recherche. La société OperaMetrix, qui conçoit, construit et exploite des infrastructures privées pour la collecte de données industrielles, termine actuellement le déploiement d’un réseau IoT sur Toulouse et sa métropole. Au total quinze antennes permettent à tout type objets connectés de communiquer. Développé dans le cadre de sa thèse à l’Irit, Nicolas Gonzalez, fondateur d’OperaMetrix, explique l’utilité d’un tel réseau : « il était au départ destiné aux laboratoires de recherche qui travaillent sur la thématique des protocoles, des langages objets / antennes. Cela leur permet de tester en condition réelles ce qui a été élaboré en théorie », explique-t-il. « Nous avons ensuite conclu un partenariat avec des établissements d’enseignement comme l’IUT de Blagnac ou les Mines d’Albi par exemple, dans lesquels des classes entières disposent d’objets connectés. Nous y proposons des formations aux métiers de l’informatique, de l’électronique, de la création d’objets connectés, de la cartographie de données… Tout cela à l’aide de ce réseau, transparent, que l’on peut étudier et comprendre. »

Et puis il y a l’aspect citoyen, l’idée étant de permettre à chaque personne qui souhaite connecter un objet de pouvoir le faire (une personne qui, à l’aide d’un capteur, souhaiterait mesurer la pollution qu’elle subit lors d’un trajet à vélo par exemple). « Le réseau est constitué d’antennes posées sur les toits d’adhérents et de sympathisants de l’association Tetaneutral.net qui sont mis à disposition dans le cadre de ce projet. Cette collaboration entre les citoyens permet d’établir un réseau libre et ouvert nécessaire afin de s’emparer des technologies et de les mettre en œuvre par le plus grand nombre », précise Nicolas Gonzalez. À noter que la technologie LoRa a été préférée à celle de Sigfox pour cette expérimentation.

Etre reconnu par les collectivités

À l’heure où les élus de Toulouse parle beaucoup de smart city, la Ville rose, contrairement à Rennes, Bordeaux, Nice et Grenoble par exemple, n’a toujours pas déployé son réseau dédié aux objets connectés. « Avec cette expérimentation, nous proposons aussi un démonstrateur pour montrer que l’on a toutes les compétences à Toulouse. Cela peut servir de référence autant pour les leviers techniques qu’on a su lever que pour les aspects collaboratifs et fédérateurs », s’enthousiaste Nicolas Gonzalez. « Les collectivités ont besoin d’améliorer les services qu’elles proposent, que ce soit dans l’éclairage, les cantines, les transportes en commun, etc. L’avantage d’un réseau dédié est qu’une fois l’investissement de base réalisé, le coût de la maintenance du réseau reste très faible ».

Toulouse Métropole a d’ailleurs fait appel à OperaMetrix pour développer un réseau à l’échelle du quartier de Montaudran, à titre d’expérience. Il sera lancé le 23 juillet prochain. Le réseau va également poursuivre son extension dans les mois à venir dans des villes adjacentes à Toulouse comme Albi, Castres et Montauban.
Sophie Arutunian

Sur la photo : Nicolas Gonzalez, fondateur d’OperaMetrix. Crédits : ToulÉco.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Un-reseau-dedie-aux-objets-connectes-deploye-dans-la-metropole,29131