ToulÉco

Publié le mercredi 28 décembre 2016 à 18h05min par Johanna Decorse

La Maison Lascours affine sa cote à Toulouse

article diffusé le 14 septembre 2016

Fondée en 1922, la Maison Lascours s’est spécialisée sur le marché de la viande affinée. La boucherie familiale a développé une clientèle nationale grâce à son site de vente de ligne. Elle vient d’ouvrir sa première boutique à Toulouse, un projet qu’elle mûrissait depuis longtemps.

A la tête de la Maison Lascours, Jean et Mathieu Lascours forment un binôme complémentaire. Le père, comme le faisait son propre père et son grand-père avant lui, va choisir chaque mois les bêtes sur pied chez un éleveur d’Aubrac du Tarn avec qui l’entreprise familiale travaille depuis plus de quarante ans. Le fils lui, a fait prendre à cette boucherie traditionnelle le tournant de l’innovation en investissant il y a sept ans sur un créneau porteur : la viande affinée. Cette nouvelle façon de consommer la viande, très répandue chez les anglo-saxons, se développe aussi en France. Dans la région toulousaine, la Maison Lascours a été l’une des premières boucheries à proposer du bœuf maturé, côtes à l’os et faux-filet, vendus dans ses boutiques du Lherm, de Muret et de Lacroix-Falgarde mais surtout sur internet.

L’entreprise, qui fournit plusieurs tables étoilées, a ainsi développé une clientèle nationale via sa boutique en ligne qui lui assure 70% de ses ventes. Elle y trouve des morceaux choisis de Charolaise et d’Aubrac du Tarn, de Galice, de Simmental, d’Angus anglais mais aussi de bœuf de Kobé. La Maison Lascours reste pour l’instant la seule à vendre sur internet cette viande haute couture directement importée du Japon parmi les sept boucheries françaises référencées aujourd’hui par l’Association de promotion, de distribution et de marketing du bœuf de Kobé.

« La vitrine d’un savoir-faire »

Le 30 août dernier, l’entreprise familiale fondée en 1922 à Lherm et déjà implantée à Muret et Lacroix-Falgarde, a ouvert une quatrième boutique à Toulouse, près de Saint-Etienne. « Cette adresse de proximité, vitrine de notre savoir-faire, va permettre à notre clientèle locale, de particuliers ou de professionnels de récupérer leurs commandes passées sur internet mais aussi de développer notre notoriété », explique Mathieu Lascours, co-gérant de l’entreprise qui vise un chiffre d’affaires de 2,8 millions d’euros en 2016.

Pour la seule boutique toulousaine dans laquelle 150.000 euros ont été investis, l’objectif est d’atteindre 500.000 euros de volume d’activité sur le premier exercice. Dans les dix années à venir, la Maison Lascours projette l’ouverture de deux à trois boutiques dans la Ville rose et l’agrandissement de son atelier de découpe, de préparation et de maturation de Lherm. Le village de Haute-Garonne continuera de « centraliser toute la production de la boucherie » assure Mathieu Lascours qui souhaite garder « le contrôle sur le processus de fabrication et garantir la qualité de ses produits ».
Johanna Decorse

Sur la photo : Luis Ferreira et Jean Lascours, les deux visages de la nouvelle boutique de la Maison Lascours à Toulouse. Photo DR