ToulÉco

Publié le jeudi 11 janvier 2018 à 21h35min par Audrey Sommazi

Le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc roule toujours pour une seconde rocade

A l’occasion des traditionnels vœux à la presse, le maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole, Jean-Luc Moudenc a réitéré sa volonté d’aménager une seconde rocade, déjà promise lors de la campagne des municipales en 2014.

Des vœux à la presse ou un bilan mi-mandat, avec en ligne de mire les élections municipales de 2020 ? La question a été posée à Jean-Luc Moudenc, ce jeudi 11 janvier. Le maire de Toulouse et président de la métropole ne s’est pas prononcé concernant une éventuelle candidature. « Elle n’est pas à l’ordre du jour. 2020 est encore loin et le travail n’est pas terminé », s’est-il défendu, avant d’ajouter : « certains peuvent cogiter et s’agiter. Je préfère agir et ne pas m’occuper de cela ».
Après avoir dressé un bilan des actions menées en 2017, le maire a présenté les grands axes de 2018, tournés vers les « enjeux de la proximité ». « Nous allons accentuer les efforts pour le quotidien » des Toulousains, a-t-il assuré.

Deuxième rocade en vue
Un serpent de mer relancé ? Oui et non. Car si le maire de Toulouse l’avait promis lors de la campagne électorale en 2014, le grand contournement de Toulouse revient quelques années plus tard une nouvelle fois à l’ordre du jour. « Je le préconise », a encore insisté le maire. « Et j’invite les adversaires au projet à présenter d’autres solutions concrètes et opérationnelles ». De son côté, il propose deux idées : le contournement de Toulouse par l’est de la Garonne en créant un « shunt » (une portion) financé par un péage, qui relierait les deux autoroutes, l’une vers Bordeaux, l’autre vers Montpellier. Le tracé pourrait passer à une distance entre dix et vingt kilomètres de Toulouse et venir se raccrocher à l’autoroute Castres-Toulouse si celle-ci se concrétise.

Autre option : le contournement par l’ouest. Il impliquerait la construction d’un pont pour desservir les communes du nord de Toulouse en forte croissance. Mais Toulouse Métropole ne veut pas prendre en charge la totalité des investissements et en appelle au Conseil Départemental de la Haute-Garonne.

Troisième ligne de métro "politiquement validée"
Alors que le tracé de la troisième ligne du métro faisait encore débat en décembre dernier, le maire a affirmé que ce projet est « politiquement validé et financé de façon consensuelle ». Toujours selon lui, « nous allons dérouler sans problème les phases d’études de détails et les documents de d’enquête publique ».

Lancement d’une brigade anti-civilités
Jean-Luc Moudenc "accentue le volet répressif" en annonçant la mise en place d’une brigade anti-civilités. Dès le premier trimestre, trente-cinq agents en civil assermentés seront chargés de verbaliser ceux et celles qui sont pris en flagrant délit de jet de mégot et de papiers au sol ou de collage d’affiches. Uriner dans la rue sera également passible d’une amende fixée à 68 euros (et jusqu’à 450 euros avec majoration).

Toulouse, désormais cinquième agglomération de France
Enfin, le président de Toulouse Métropole a rappelé le dynamisme démographique de la Ville rose, rappelant qu’elle devenait désormais la cinquième agglomération de France en terme de population. Une croissance accompagnée par la mise en place de grands chantiers intra-muros. « 1,2 milliard d’euros seront investis pendant toute la mandature pour rénover les quartiers hors hyper centre de Toulouse », a-t-il annoncé.
Audrey Sommazi

Le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc appelle de ses vœux une seconde rocade. Crédits : Mairie de Toulouse - DR.

Des rendez-vous économiques en 2018

Deux rendez-vous sont à noter dans l’agenda économique. Le 25 juin, le bâtiment B612 du campus de l’innovation de Toulouse Aerospace sera inauguré, et du 16 au 22 juillet Toulouse accueillera la 14e conférence internationale des FabLabs.