ToulÉco

Publié le mardi 4 septembre 2018 à 19h00min par Audrey Sommazi

Toulouse. Des ambitions stratosphériques pour Airstar Aerospace et son dirigeable autonome

Article diffusé le 8 avril 2018

Né en 2015 à la suite du rachat de la branche espace au groupe Zodiac Marine, Airstar Aerospace vise une croissance à trois chiffres à l’horizon 2022. Le fabriquant d’aérostats installé à Ayguesvives mise sur le programme Stratobus pour se développer.

Un peu plus près des étoiles. Airstar Aerospace, qui conçoit et fabrique des ballons stratosphériques, des ballons captifs, des dirigeables et des protections thermiques de satellites, s’apprête à entrer dans la stratosphère… depuis Ayguesvives en Haute-Garonne. La PME fondée en 2015 suite à la reprise de l’activité espace de Zodiac Marine, voit les choses en grand : en 2022, cette PME de cinquante-trois collaborateurs table sur une croissance à trois chiffres et le doublement de ses effectifs.

C’est ce qu’annonce Emilie Chabert-Bailly, responsable marketing et communication du groupe Airstar, holding créée par Pierre Chabert en 1994 (200 collaborateurs, 21 millions d’euros de chiffre d’affaires), à laquelle Airstar Aerospace appartient.« Nous avons un carnet de commandes rempli sur plusieurs années et de la visibilité, assure-t-elle. Car nous misons sur deux activités à potentiel de croissance, dont un contrat majeur avec Thales Alenia Space pour le projet Stratobus ».

Ce dirigeable autonome gonflé à l’hélium, à mi-chemin entre le satellite et le drone, assurera des missions civiles et militaires de surveillance (sites industriels, frontières, etc.) et d’observation (mesures météo, érosion des reliefs…). « On se charge de fabriquer l’intégralité de l’enveloppe en fibre de carbone, soit plusieurs dizaines d’unités qui iront jusqu’à 20 kilomètres d’altitude, ainsi que les systèmes associés (amarrage de nez, régulation de pression, empennage). La société met en œuvre le textile très résistant à des températures très basses », ajoute Emilie Chabert-Bailly. Le démonstrateur entrera en production en 2019 pour une commercialisation en 2021.

Une usine de 10.000 m² en Occitanie

L’autre levier de croissance pour Airstar Aerospace, qui a enregistré en 2017 un volume de 4,5 millions d’euros de chiffre d’affaires, est l’activité liée aux ballons captifs. Concurrencée par les Israéliens et les Américains sur ce marché, la PME a mis au point une gamme de quatre ballons de taille différente « persistante, à la durée illimitée et à faible coût ». « Nous visons le leadership européen. Notre compétitivité est basée sur la performance aboutie de nos ballons et le positionnement des prix. Ils sont plus accessibles que ceux de nos concurrents », affirme Emilie Chabert-Bailly.

Les projets de développement passent aussi par la construction d’une nouvelle usine de production de 10.000 m² en Occitanie pour regrouper sur un seul site ses activités actuellement dispersées entre son siège social près de Grenoble, en Isère, et son établissement dans le sud-est toulousain. L’entreprise est à la recherche d’un futur emplacement pour lequel trois sites sont en lice : Revel, Deymes et Castelnaudary. La décision finale sera prise cette année et le site entrera en production dès 2021.
Audrey Sommazi

Sur la photo : En juin dernier, Thales Alenia Space a pris une participation minoritaire dans la société Airstar Aerospace, dirigée par Romain Chabert, fils du fondateur de la holding Airstar. Crédits : ThalesAlienaSpace - Stratobus

2 Commentaires

Répondre à cet article