ToulÉco

Publié le dimanche 4 novembre 2018 à 19h43min par Nathalie Sanselme

Philippe Saurel : « A Montpellier , la ville du 21e siècle passera par le quartier Cambacérès »

Trois mois après l’ouverture de la gare TGV Montpellier Sud de France, Philippe Saurel, maire de Montpellier et président de la Métropole, évoque à travers ce nouvel équipement sa vision de la ville de demain.

Philippe Saurel, la gare Montpellier Sud de France (MSDF) est ouverte. A-t-elle déjà un impact sur Montpellier ?
70% des trains de fret ne passent plus par la gare de Montpellier Saint-Roch. Autrement dit, les convois les plus lourds, dangereux et polluants évitent la ville et libèrent des sillons pour les TER. MSDF n’est pas posée ex-nihilo. Elle s’inscrit dans un « hub des transports » intégrant deux autoroutes, une ligne de tramway qui la desservira fin 2021 et à terme l’aéroport. Sur ce point, j’ai l’accord de principe du président de la communauté de communes du pays de l’Or : il reste à régler le financement, car 1 kilomètre de tramway coûte 25 millions d’euros ! MSDF s’inscrit dans le projet européen de ligne à grande vitesse France-Espagne prévu dans les accords de Madrid : les Espagnols ont fait le travail, côté français il manque toujours le tronçon Montpellier-Perpignan.

Quel sera son rôle dans le futur ?
Dans les 100 ans à venir, elle sera l’épicentre d’une plaque incontournable au Sud de l’Europe entre Lyon d’un côté, Barcelone de l’autre. J’ai souhaité construire tout autour un quartier novateur. La ville du XXe siècle est passée par Port Marianne et Antigone, celle du XXIe siècle passera par Cambacérès : 350 hectares, avec bureaux, logements (dont 50% sociaux et/ou abordables), oliveraie, stade, halle French Tech, écoles supérieures, parcs arborés, grands domaines préservés, hectares dédiées à l’agriculture urbaine…

Quelle est votre vision de la ville de demain ?
Une ville productive, éco-responsable, solidaire et connectée, qui participe à la lutte contre le réchauffement climatique à travers de nouveaux processus de construction et des logements modulables, l’autonomie en énergie, la mixité à tous points de vue, la connexion et le high-tech. Cambacérès réunit tout cela. Tandis que l’État se concentre sur le régalien, villes et métropoles se chargent des échanges économiques, culturels et même réussissent ce que la diplomatie "officielle" ne permet pas, comme réunir autour d’une table les maires de Tibériade et de Béthléem.
Propos recueillis par Nathalie Sanselme

Sur la photo : Philippe Saurel, président de la métropole de Montpellier. Crédits DR

1 Commentaire

  • Le 10 novembre à 08:50 , par Zabé

    Bonjour M.Saurel,, j’habite Port Marianne Charpak de puis 8 ans et j’aimerai que vous mettiez en place un collège rapidement car le besoin est imminent. Nous sommes inquiets de l’évolution de notre quartier jusque là à peu prêt tranquille. Beaucoup de vandalisme de ans les garage et les enfants se font agressés voir poursuivre par des voyous. Les abords de l’avenue de la mer vers le terminal 1 squatté par des gitans laissant des déchets des dégradations de boitiers électrique, l’eau des pompes incendie coulant comme une rivière tte la journée, idem devant l’ex magasin Besson. Tout ceci pour ne pas oublier l’actuel, le maintenant avant de rêver l’avenir. Cordialement

Répondre à cet article