ToulÉco

Publié le lundi 30 octobre 2017 à 16h41min par Martin Venzal

Bernard Pontneau, « Nous sommes des animateurs de lien social »

Président de la Section paloise

La Section paloise tient la dragée haute à ses compétiteurs. Que ce soit au niveau des résultats sportifs en top 14, mais aussi avec sa sphère d’influence économique. Avec un budget de 20 millions d’euros et 400 partenaires, elle est devenue la première structure sportive des Pyrénées (...)

Bernard Pontneau, vous êtes président de la Section paloise depuis 2006. Quelle est votre vision du club ?

Je pense qu’il est important de savoir d’où on vient et de connaître l’histoire de la ville et du club pour savoir où on doit aller. C’est un club prestigieux, fondé en 1902. Nous avons été trois fois champions de France en 1928, 1946 et 1964. Nous avions aussi remporté le Bouclier européen face à Castres en 2000 et en 1998, nous étions même arrivés en demi-finale de la H-Cup. Tout ceci a fait les grandes heures de la Section paloise.Quand nous l’avons repris, le club était tombé en Pro D2. Avec Yannick le Garrerès qui s’est occupé de la gestion, nous avons remonté la pente. Tout cela pour dire que ce club est ancré dans le territoire et dans l’Histoire de Pau. Notre but était de le professionnaliser pour le hisser au niveau national. C’est désormais chose faite. Notre prochain objectif est de le développer afin d’en faire un club de référence du rugby européen et construire une image à l’international.

Comment comptez-vous faire ?

Certains voudraient rester sur le créneau « Gigot Haricots ». Mais en vérité, nous développons l’activité avec l’ambition de prendre de la hauteur, pour le club et son territoire.Cela passe par la création d’une culture sportive de club et également une montée en puissance de notre modèle économique propre. Le coeur de métier c’est le rugby. Notre vision sportive à long terme est claire, et donc nos méthodes ainsi que nos process de travail sportif doivent être alignés.Le modèle économique est très clair, le club constitue ses fonds propres au fur et à mesure de son évolution et de sa croissance. L’absorption de l’outil de travail indispensable et tant espéré, le stade, est en cours et se fera sur deux à trois ans. Car l’effet maximal de l’exploitation ne se fait pas aussi vite que l’on pense. Le support de notre partenaire majeur exclusif Total est capital. Mais le travail à effectuer sur le partenariat reste énorme, malgré 380 entreprises aujourd’hui partenaires. En effet, notre offre va se diversifier avec le nouveau stade. Et cet outil de travail va nous permettre de démultiplier notre capacité de croissance sur le grand public. En clair, notre capacité à créer de la croissance va de pair avec la création d’événements sportifs, tout en conservant cet esprit de convivialité qui anime nos rencontres sociales au Hameau autour du rugby. En 2015, La Section paloise faisait partie du Top 20 des entreprises de services du Sud-Ouest. Ce sera sans doute le Top 10 en 2017. Dans tous les cas, nous sommes devenus la première structure sportive des Pyrénées-Atlantiques.

C’est la raison pour laquelle la communauté a investi dans le nouveau stade ?

Il nous manquait un outil pour animer le réseau des partenaires et pérenniser le modèle économique. Nous aurions aimé avoir tout cela en arrivant, mais du coup, nous avons dépensé beaucoup d’énergie à convaincre la communauté et il faut le dire, François Bayrou a adhéré à la vision immédiatement. Mais on le fait pour la postérité : le stade du Hameau est un outil pour les générations futures. Nous ne sommes pas seulement un club de rugby. La Section a une vocation sociale importante. Les gens s’y retrouvent en famille le week-end dans une véritable ambiance. Les entreprises peuvent aussi y faire des rencontres d’affaires. Mais au final, nous sommes des animateurs de réseau et de lien social. Nous avons rénové le stade, créé le réseau des partenaires et trouvé les modèles économiques. Mais il ne faut pas oublier que nous faisons tout cela pour jouer au rugby. On travaille d’abord pour le rugby. Et à la Section, les jours de match, l’âme du rugby vit dans les rangs du Hameau.
Propos recueillis par Martin Venzal

Sur la photo : Bernard Pontneau, président de la Section paloise. Crédits : Rémy Gabalda