Géraldine Couray perce dans la silver économie

Retrouvez cet article dans le

Entrepreneuse au parcours atypique, Géraldine Couray dirige la Maison Daner après une première carrière dans l’enseignement supérieur.

D’’abord directrice géné-rale du groupe d’écoles SMI pendant six ans, Géraldine Couray dirige depuis 2018 la Maison Daner, spécialisée dans l’ergonomie et le confort à domicile des seniors. Un virage professionnel parfaitement né-gocié. « À un moment, j’ai eu envie de voler de mes propres ailes, pour avoir plus de liberté », raconte-t-elle. L’op-portunité s’est présentée par bouche-à-oreille, alors que l’ancien dirigeant du groupe Daner partait à la retraite et cherchait un repreneur. Ce fut une repreneuse.

Titulaire d’un doctorat d’histoire de l’art, Géraldine Couray n’a bénéficié d’aucun accompagnement spécifique pour préparer cette reconversion, si ce n’est du soutien de Bernard Jourda, l’ancien dirigeant durant l’année de cession. Elle est aujourd’hui l’unique associée ; et avec le recul, elle recon-naît « que l’on ne sait jamais vraiment à quoi s’attendre quand on reprend une entreprise, même en ayant réalisé un audit ».

Aujourd’hui, fière d’avoir relevé ce défi entrepreneurial, elle estime que « tout le monde peut y arriver. C’est une histoire de volonté et de courage. » Impliquée dans le réseau d’entreprise féminin Bouge ta boîte, Géraldine Couray souligne cependant que cer-tains combats sont encore à mener. « Il faut absolument que les femmes s’assurent qu’elles peuvent réussir. Il faut aussi des interlocuteurs qui les poussent à prendre la parole et les mettent en avant », estime-t-elle.

Travail sur l’ergonomie

À la tête de la Maison Daner, fondée en 1998, Géraldine Couray perpétue les traditions de l’entreprise : appor-ter des solutions aux seniors dans le cadre de leur maintien à domicile. Elle vient ainsi de commencer à com-mercialiser une lampe qui désinfecte l’air pour rassurer les séniors face à la Covid-19, tout en continuant à tra-vailler sur ses produits historiques comme le fauteuil ergonomique, qui s’adapte à la morphologie. « Les fau-teuils ergonomiques, il n’y en a quasi-ment pas sur le marché. C’est l’une de nos valeurs ajoutées », indique-t-elle. L’entreprise surfe sur la silver écono-mie, un marché en pleine expansion mais qui doit encore se profession-naliser. La Maison Daner a ainsi fait le choix de rejoindre la Silver Alliance, un regroupement d’entreprises proposant des produits et/ou ser-vices aux seniors. Objectif ? Pro-poser un catalogue regroupant les offres existantes pour leur maintien à domicile.
Hubert Vialatte
Crédit DR.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Geraldine-Couray-perce-dans-la-silver-economie,32838