ToulÉco

Publié le dimanche 31 mars 2019 à 19h21min par Audrey Sommazi

A Piece of sky : des pièces d’avions s’invitent dans votre salon

Hébergée par le BizLab d’Airbus à Toulouse, la jeune entreprise A Piece of sky recycle des pièces d’avions en fin de vie en mobilier et objet déco design. Premières livraisons prévues en 2020.

Rien ne se perd, tout se recycle. Anaïs Mazaleyrat et Jérémy Brousseau, deux salariés d’Airbus à la fibre entrepreneuriale, ont décidé de valoriser des morceaux d’avions non qualifiés ou récupérés auprès de démanteleurs pour les transformer en mobilier et petit objet déco. « Dans les vingt prochaines années, 12.000 avions seront en fin de vie. dont 6000 de chez Airbus Or, pour nous, cette fin est triste », explique Anaïs Mazaleyrat, co-fondatrice de A Piece of sky. « Nous voulions valoriser cet héritage industriel », ajoute cette salariée en poste à la transformation digitale chez l’avionneur européen.

« Le marché de l’upcylcing ( recyclage, NDLR) est prêt. Il est en en hausse de 15% en France et il est concurrentiel », poursuit son coassocié Jérémy Brousseau, cadre à la qualité de l’A350. Ensemble, ils créent A piece of sky hébergé au BizLab à Colomiers ( Haute-Garonne), l’incubateur de start-up du constructeur. Et ils s’entourent d’une dizaine de designers et artisans intéressés par la démarche.

Deux collections, deux prix

C’est ainsi que la jeune créatrice nantaise Christelle Doutey a l’idée originale de convertir le radôme (le nez) d’un A350 en fibre de verre en un large fauteuil. Sous la houlette de l’agence parisienne Prémices and Co, les bielles deviennent de drôles de lampes télescopiques à suspendre ou à poser. Et le bord d’attaque d’un A350 en fibre de carbone s’est transformé en table et fauteuil club sous la houlette du basque Bertrand Marc.

En tout, vingt-deux prototypes nés de l’imaginaire de ces créateurs sont mis en ligne à la mi-avril sur un site web pour enregistrer les précommandes et évaluer les volumes. « Nous visons les 2000 pièces la première année, dont les livraisons sont prévues pour 2020 », précise Jérémy Brousseau. Deux gammes sont proposées au grand public : l’une constituée de pièces fabriquées en petite série est évaluée à des tarifs compris entre 800 et 1000 euros ; la seconde, composée de produits uniques, débute à partir de plusieurs milliers d’euros.
Audrey Sommazi

Sur la photo, Anaïs Mazaleyrat (droite) et Jérémy Brousseau ( à gauche), les fondateurs de A Piece of sky, encadrent les designers et recréent un appartement témoin. Crédits : A.S.

P.S. :

Tous les lundis, retrouvez l’actualité de l’aéronautique régionale sur touleco.fr.