ToulÉco

Publié le jeudi 14 septembre 2017 à 21h11min par Philippe Font

Aéroport Toulouse-Blagnac : le départ surprise de Jean-Michel Vernhes soulève de nouvelles inquiétudes

Coup de tonnerre à l’aéroport Toulouse-Blagnac : sous contrat jusqu’en 2022, le président du directoire Jean-Michel Vernhes quittera finalement son poste en 2018. Les salariés s’inquiètent déjà du profil plus « financier » que pourrait revêtir son successeur.

Surprise à l’aéroport Toulouse-Blagnac : jeudi 14 septembre au matin, les 200 salariés réunis en convention interne ont eu la confirmation que Jean-Michel Vernhes allait quitter son poste au premier semestre 2018. Il avait déjà annoncé la nouvelle deux jours plus tôt aux délégués syndicaux de l’aéroport lors d’une réunion. Passé le premier moment d’étonnement, les salariés ont longuement applaudi celui qui est président du directoire d’ATB (Aéroport Toulouse-Blagnac) depuis 2007 et qui aurait dû faire valoir ses droits à la retraite en 2020.

« Je suis très surpris, les actionnaires ont validé en mars dernier sa prolongation pour cinq ans… Et six mois plus tard, il est démis. », témoigne Rodolphe Robert, délégué syndicat CGT au sein d’ATB. Alors qui pour remplacer Jean-Michel Vernhes ? Selon des sources internes à l’aéroport, son remplacement serait acté pour le premier semestre 2018. C’est justement à cette période que doit être négocié le prochain contrat de régulation économique entre ATB et l’État pour la période 2019-2023. Or, c’est ce document hautement stratégique qui fixe les taxes et les investissements de l’aéroport.

L’année 2018 est également la période au cours de laquelle l’aéroport poursuit sa phase de travaux.. Enfin, c’est aussi à ce moment que l’Etat doit décider s’il vend ses 10% de parts qu’il conserve encore dans le capital de l’aéroport. Et Casil Europe, l’actionnaire chinois, est prioritaire sur cette transaction.

Un départ prévu et prévisible pour la CCI 31

Si certains s’interrogent sur le timing de ce départ, Philippe Robardey le président de la CCI de Toulouse Haute-Garonne balaie d’un revers la polémique naissante d’une mise à l’écart de Jean-Michel Vernhes par l’actionnaire chinois Casil Europe, pointé du doigt dans l’histoire des dividendes, et sa représentante Anne-Marie Idrac. « Son départ était prévisible et prévu, il avait accepté de jouer les prolongations afin d’accompagner le développement de l’aéroport, ce qu’il a très bien fait d’ailleurs », justifie Philippe Robardey qui souhaite que son successeur « connaisse aussi bien le secteur afin d’identifier les besoins de l’aéroport ».

Mais les salariés et leurs représentants syndicaux restent inquiets quant au virage que pourrait prendre l’aéroport Toulouse Blagnac. « Le nouveau président du directoire va arriver au moment de l’ouverture de la mise en place de la nouvelle galerie commerciale de l’aéroport… Donc quand cela va commencer à rapporter », confie l’un d’eux. « Je crains qu’il ne soit là que pour faire du chiffre et couper des têtes si nécessaire. Ce qui n’était absolument pas la philosophie de Jean-Michel Vernhes. »
Philippe Font

Sur la photo : Anne-Marie Idrac, représentante de Casil Europe actionnaire de l’aéroport Toulouse-Blagnac, et Jean-Michel Vernhes président du directoire d’ATB. Crédits : Guillaume Serpault/ATB