ToulÉco

Publié le lundi 6 janvier 2020 à 17h32min par Sophie Arutunian

Brexit : Carcassonne, Perpignan, comment se préparent les « petits » aéroports ?

Les aéroports de Carcassonne et Perpignan, qui sont gérés depuis le 1er janvier par le Conseil régional d’Occitanie (via une SPL), accueillent des vols opérés par des compagnies anglaises. Quelles seraient les conséquences du Brexit sur ces infrastructures ?

En Occitanie, 8000 entreprises commercent avec le Royaume-Uni, dans tous les secteurs. Alors que le Brexit se rapproche, la rédaction de ToulÉco vous propose cette semaine une série d’articles sur le Brexit et ses conséquences sur les entreprises de la région. Retrouvez l’intégralité de ce dossier en kiosques ou sur la boutique en ligne.

Deuxième article de cette série de cinq : les aéroports régionaux face au Brexit

Les liaisons aériennes entre les dix aéroports d’Occitanie et la Grande-Bretagne représentent un million et demi de passagers par an et les britanniques constituent le premier flux de passagers aériens (1,5 million) après le trafic national. Au total, trente liaisons aériennes sont opérées par trois compagnies britanniques (EasyJet, British Airways et Flybe) et une irlandaise, Ryanair. En cas de Brexit, plusieurs questions se posent et notamment celle des visas : faudra-t-il instaurer un contrôle des visas, et donc réaliser des emménagements pour permettre ces contrôles ? Vincent Garel, conseiller régional délégué aux Transports, se veut rassurant : « en France, depuis les mesures antiterroristes, les contrôles aux frontières des passagers en provenance de l’UE ont déjà été rétablis et les voyageurs en provenance du Royaume-Uni, étaient, de fait, soumis aux contrôles d’identité. Néanmoins, en cas de no deal, si jamais les Britanniques devaient présenter un passeport et un visa, il faudra probablement faire des travaux de réaménagement. Mais ce n’est pas sûr, et ce n’est pas ça qui posera des difficultés. Ce ne seront pas des travaux lourds. »

« Décaler les horaires de vols UE et non-UE »

Pour éviter ces travaux, notamment à Carcassonne et Perpignan (aéroports qui sont gérés par le Conseil régional), actuellement des discussions ont lieu avec les différentes compagnies aériennes britanniques pour décaler les horaires de vols : « afin de ne pas dégrader le service passager, il s’agirait de faire en sorte que les vols intra-UE et les vols hors UE n’aient pas lieu en même temps. Cela permettrait de traiter, dans la même salle, les ressortissants de l’UE et les ressortissants britanniques (pays -tiers), à tour de rôle ». À noter néanmoins qu’il est probable que des accords de réciprocité se mettent en place avec la Grande-Bretagne, c’est à dire que les ressortissants de l’UE n’auraient pas à présenter de visa dans ce pays et vice-versa.

« On préfère se préparer au pire, et si des accords viennent adoucir et simplifier ce Brexit, tant mieux », assure Vincent Garel pour qui « les équipes sont prêtes, et attendent de savoir quel type d’accord sera finalement mis en place ». Concernant une éventuelle baisse de la fréquentions des lignes, « rien n’est moins sûr », assure l’élu, « mais cela dépendra du type de Brexit qui aura lieu. Si c’est un Brexit dur sans aucun aménagement, certains seront peut-être découragés de prendre l’avion ».

Enfin, un contrôle douanier devrait être organisé pour la détaxe des produits achetés en UE par les passagers au départ de l’UE vers la Grande-Bretagne. « Cela nécessitera la mise en place d’un comptoir spécifique ou bien l’installation d’une borne automatique », précise l’élu régional, « mais cela relève des douanes, non de l’aéroport ».
Sophie Arutunian

Sur la photo : la liaison Ryanair de Carcassonne. Crédit : Ad Meskens - Wikipedia.