ToulÉco

Publié le dimanche 30 septembre 2018 à 19h49min par Philippe Font

A Toulouse Balma, les salariés de Pages Jaunes broient du noir

L’antenne des Pages Jaunes située à Balma est menacée de fermeture en 2019. Sur les 200 salariés rattachés au site toulousain, une partie devrait être licenciée et l’autre transférée à Bordeaux.

Les salariés des Pages Jaunes du site de Balma au nord de Toulouse et spécialisés dans la création et la vente de sites Web pour professionnels ne cachent plus leur inquiétude. Leur désarroi prend racine le 13 février dernier, quand Eric Boustouller, PDG de SoLocal depuis fin 2017, annonce le plan SoLocal 2020. Ce dernier vise à supprimer un millier de poste, sur les 4500 existants, et à fermer une centaine d’agences en France. En Occitanie avec le site de Montpellier, ce sont 250 personnes qui sont concernées, dont près de 200 à Toulouse.

« C’est très violent, tous les mois la direction organise des visioconférence en nous fixant des objectifs comme si de rien n’était, alors que dans le même temps les salariés voient leurs postes menacés. Il y a un réel décalage entre les décisions prises et la réalité du terrain », regrettent les représentants de l’intersyndicale du site de Balma. Si la direction met en avant la baisse du chiffre d’affaires depuis une dizaine d’années pour justifier sa décision, en baisse de 20% sur quatre ans, elle espère également convertir l’ancien éditeur d’annuaire papier en agence de communication digitale tournée vers les PME et TPE. Un scénario auquel les salariés ne croient pas. « C’est voué à l’échec, car si on ne montre pas aux clients le produit ou si on ne lui explique pas comment cela fonctionne, il ne va pas l’acheter », ajoutent encore les représentants syndicaux. Ceux-ci restent inquiets de voir que la moitié des effectifs concernés par le plan social sont des commerciaux, le reste étant des salariés des services marketing.

De vingt à sept sites en France

Autre motif d’inquiétude : la réduction du nombre de sites en France. Sur la vingtaine d’antennes ouvertes aujourd’hui, il devrait en rester moins d’une dizaine d’ici 2020. Seuls le siège social à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), quatre sites regroupant les commerciaux (Bordeaux, Lyon, Lille et Rennes) et deux dévolus à la production (Angoulême et Chambéry) seraient conservés.

« La fermeture de l’agence de Balma est prévue pour 2019. Sur les 120 personnes restantes, 96 seraient transférées à Bordeaux. Au delà du problème de changer de ville pour des personnes qui ont fait leur vie dans la région toulousaine, se pose la question de la pérennité de l’emploi à Bordeaux », s’interroge encore les représentants des salariés de Pages Jaunes à Balma. Autant de questions et d’interrogations auxquelles les salariés n’ont pas obtenu de réponses. Contactée par la rédaction de ToulÉco, la direction de SoLocal n’a pas donné suite à nos demandes d’interview.
Philippe Font

Sur la photo : Les locaux des Pages Jaunes à Balma. Photo : Hélène Ressayres - ToulÉco.