ToulÉco

Publié le jeudi 14 juin 2018 à 15h44min par Florence Elman

Emploi. Le Pôle Formation Adour fait du sur-mesure pour l’industrie locale

C’est « l’école » des industriels du Béarn, des Hautes-Pyrénées, du Pays Basque et du Sud des Landes. En 2017, elle a formé 510 apprentis, 2 500 salariés et 300 demandeurs d’emplois. Son crédo ? La proximité.

« L’équation territoriale est assez simple », commente Joël Mendez, délégué général de l’UIMM Adour Atlantique. D’un côté, des jeunes et des adultes qui souhaitent se former aux métiers de l’industrie près de chez eux, de l’autre un bassin de 2 373 industriels (37 000 emplois) * inscrits dans une démarche continue de développement des compétences. La réponse ? Un maillage de la formation « au plus proche des besoins ».

En 2018, le Pôle Formation Adour, déjà présent à Assat, Pau, Tarnos, Bayonne et Tarbes, renforcera son offre. Deux plateformes de formation « nouvelle génération » sont en construction : DITECH (4 200 m²) à Tarbes, DEFI (3 500 m²) à Tarnos. Un investissement de près de 10 millions d’euros, soutenu par l’Etat (Programme d’Investissement d’Avenir), les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine, la branche professionnelle de la métallurgie. Des projets inscrits dans une démarche « d’attractivité territoriale ».

Donner « l’envie de l’industrie »

« Dans notre feuille de route, il y a beaucoup d’agilité », explique Sandrine Cointe, directrice du Pôle Formation Adour. « En permanence, nous ajustons la carte des formations pour coller aux besoins, répondre aux signes des marchés, anticiper l’usine du futur ». « L’école de l’industrie » délivre 12 diplômes - du CAP au titre d’ingénieur - et s’appuie sur un dispositif certifiant de 180 qualifications professionnelles. Chaudronnerie, peinture, contrôle non destructif, soudage, usinage, aérostructure, maintenance, informatique industrielle, management… elle couvre l’ensemble des métiers des « locomotives » du territoire (Safran, Daher, Dassault, Alstom…) et de leurs sous-traitants. Efficace !

Le taux de réussite des apprentis dépasse les 90 %, ils sont 86 % à trouver un emploi dans les 6 mois. Bons résultats également pour la formation continue avec près de 2 000 stagiaires en 2016, soit 113 929 heures dispensées par une quarantaine de formateurs. Les priorités 2018 ? Attirer encore plus de candidats de qualité vers l’apprentissage local. « L’industrie offre de belles opportunités, il faut convaincre les jeunes, les parents, les acteurs de l’orientation… ». Egalement séduire les filles qui ne représentent que 7 % de l’effectif apprenti. Objectif : dépasser les clichés !
Florence Elman

Sur la photo : Sandrine Cointe, directrice du Pôle Formation Adour. Crédits : Laurent Pascal - ToulÉco