Blandine Chatenet, à fond les livres !

Autodidacte, Blandine Chatenet a appris le métier de libraire à la Fnac, avant de reprendre la librairie indépendante de Revel. Rencontre avec une femme enthousiaste au quotidien.

L a cinquantaine rayonnante, Blandine Chate net a pris le tournant de l’entrepreneuriat dans sa vie professionnelle il y a à peine trois ans. Lors d’un diner entre amis, on lui rapporte que la proprié- taire de la Librairie du Beffroi, sise à Revel, est à céder. « C’était le bon moment, un véritable alignement des planètes », se souvient la libraire. « J’ai été adoptée par la petite équipe. Je n’avais plus qu’à me lancer dans le parcours de reprise d’entreprise ! »

L’école Fnac
Même si elle s’est toujours su au tonome et indépendante, Blandine Chatenet a appris son métier sur les bancs de la Fnac. « J’ai quitté l’école après avoir raté mon bac », confie-t- elle. Grande lectrice, elle découvre le commerce des livres et la littérature jeunesse à la Fnac Junior, à Paris. Elle y restera cinq ans, puis ce sont des rayons différents qui se succèdent aux magasins Fnac de Bourges, Toulon, Aix-en-Provence puis de Toulouse Labège, durant quinze ans. « J’ai mûri mon projet pendant toutes ces années et j’ai eu un coup de cœur pour l’Occitanie. C’est là où j’ai voulu m’établir », raconte-t-elle. Le hasard des rencontres a dessiné la suite.

À la découverte de la reprise d’entreprise
Forte de la confiance de l’équipe cédante, Blandine Chatenet prend contact avec les banquiers. « Je suis arrivée à la banque la fleur au fusil », lance-t-elle. « Je n’avais pas d’apport, ne savais pas comment construire un business plan. Le banquier ne m’a pas découragée, il m’a adressée à un comptable et à l’équipe de la Chambre de commerce et d’industrie pour préparer mon dossier ». Grâce à une rupture conventionnelle avec son précédent employeur, non sans batailler, elle parvient à réunir le minimum pour emprunter les 90 000 euros nécessaires au rachat du fonds de commerce.

Clientèle enthousiaste
« Dès que j’aurai terminé les remboursements, je partirai à la recherche d’une perle pour me seconder, puis prendre ma suite ! », poursuit-elle. Pour l’heure, la librairie s’organise en deux pôles, livres et papeterie, « parce qu’un livre, ça se lit, mais ça s’écrit aussi ». La clientèle est au rendez-vous, les petits bonheurs au quotidien s’accumulent, « comme cette femme qui m’a appelée de Bordeaux et a fondu en larmes quand j’ai répondu positivement à l’envoi d’une édition collector de Goldorak ».

Son quotidien ? Préparation des commandes, rangement, rendez-vous avec les fournisseurs, « notamment les représentants des petites maisons d’édition que je m’efforce de promouvoir » et échanges avec « une clientèle fidèle et enthousiaste, avide de rencontres avec des auteurs qui sont au rendez-vous tous les samedis, jour de marché. Cette ville est un vrai bouillon de culture. Je suis heureuse et ravie de mon choix, tous les jours. »
Valérie Ravinet

Sur la photo : Blandine Chatenet qui dirige la librairie indépendante de Revel. Crédit : Blandine Chatenet

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Blandine-Chatenet-a-fond-les-livres,34082