ToulÉco

Publié le dimanche 9 février 2020 à 18h35min par Hubert Vialatte

Depuis Alès, l’application Clean Bill veut en finir les tickets de caisse papier

Développée par Hervé Hugon et Elodie Zaoui, l’application Clean Bill permet de stocker sur le cloud les tickets de caisse. D’autres fonctionnalités digitales, utiles pour les clients et les commerçants, sont développées, en lien avec l’IMT Mines Alès.

On n’est jamais mieux servis que par soi-même. Lassés d’avoir affaire à des tickets de caisse et factures égarés ou illisibles, deux commerçants gardois, Hervé Hugon et Elodie Zaoui, lancent l’application Clean Bill. Cette solution logicielle permet de stocker sur le cloud des tickets de caisse. « L’usage doit guider l’innovation », insistent les deux créateurs. « Nous avons créé un outil à la fois pour nous-mêmes et pour nos clients. » La solution est développée par la fintech Clean Bill, accompagnée par l’incubateur IMT Mines Alès et par Polytech.

Ayant fait l’objet d’un dépôt de brevet en novembre 2018, disponible sur Apple et Androïd, celle-ci présente plusieurs fonctionnalités. Le client acheteur présente son application au commerçant qui scanne le code-barres et stocke ainsi immédiatement la facture sur le cloud. Les preuves d’achat sont classées par enseignes et par ordre chronologique. Le client peut consulter son compte soit depuis l’application mobile soit via un ordinateur.

Solution de mutualisation, Clean Bill permet aussi d’intégrer des cartes de fidélité et d’évaluer les commerçants. Les professionnels ont à leur disposition une option gestion de frais. Aux atouts économiques et environnementaux, s’ajoute un avantage marketing : avec l’application, les professionnels disposent d’un tableau de bord qui leur permet de gérer la relation avec leurs clients. « Les achats sont suivis et les offres peuvent être personnalisées », explique Elodie Zaoui.

Collaboration avec le centre LGI2P IMT Mines Alès

L’application est mise en service alors que l’Assemblée nationale a voté, le 13 décembre dernier, la fin progressive de l’impression systématique des tickets de caisse. Les transactions inférieures à 10 euros seront concernées dès septembre 2020. Clean Bill propose un tarif de 25 euros par caisse et par mois, un tarif « étudié pour être plus économique que l’impression papier des factures », précise Hervé Hugon, président.

La start-up emploie six salariés. Lauréate du concours Alès Audace 2018 (2e prix du concours général), elle a obtenu 30.000 euros de Bpifrance, 90.000 euros de la région Occitanie et un prêt d’honneur de 50.000 euros de Créalia Occitanie. Pour faire évoluer la solution et proposer de nouveaux services à ses utilisateurs, la SAS va travailler avec le Laboratoire de génie informatique et d’ingénierie de production (LGI2P) d’IMT Mines Alès.

La collaboration sera perfectionnée grâce aux premiers retours utilisateurs. « Clean Bill s’inscrit dans la démarche de recherche du laboratoire LGI2P [1] basé à Alès où seront étudiés le traitement de données », conclut Anne Lichtenberger, directrice de l’incubateur IMT Mines Alès.
Hubert Vialatte

Sur la photo : Hervé Hugon et Elodie Zaoui, les cofondateurs de Clean Bill. Crédits : AbdeslamMP - DR.

Notes

[1Laboratoire de Génie Informatique et d’Ingénierie de Production