L’usine Freescale de Toulouse ferme en catimini

Sans même attendre la date de fermeture officielle, le jeudi 9 août, la direction de Freescale a signifié, par mail, à ses salariés toulousains, qu’ils pouvaient rester chez eux. Depuis le mardi 31 juillet, les salariés de l’entreprise américaine de semi-conducteurs sont donc en disponibilité.
En attendant la fin de Freescale à Toulouse.

« Je tiens à remercier l’ensemble du personnel de production qui termine aujourd’hui sa mission ». C’est par ces mots de Denis Blanc, le directeur de Freescale Toulouse, que 535 salariés ont appris la fermeture anticipée de l’usine, le mardi 31 juillet, par un courrier électronique. Et non le jeudi 9 août comme c’était prévu à la base. La lettre officielle de licenciement doit arriver, elle, le vendredi 10 (...)

La lecture de cet article est réservée aux abonnés :

Je m'abonne Je me connecte

Source : https://www.touleco.fr/L-usine-Freescale-de-Toulouse-5985