ToulÉco

Publié le dimanche 14 mai 2017 à 21h00min par Philippe Font

Casse-tête chinois pour Lafarge France à Martres-Tolosane

Lafarge France a prévu de moderniser son site de Martres-Tolosane, en Haute-Garonne. Mais les pouvoirs publics s’inquiètent d’une possible attribution du marché à une entreprise chinoise au détriment d’acteurs locaux.

Alors que Lafarge France, filiale du groupe suisse Lafarge Holcim, doit décider quel industriel sera retenu pour construire sa nouvelle ligne de ciment sur son usine de Martres-Tolosane dans le Comminges,, Jean-Louis Chauzy, le président du Ceser (Conseil économique, social et environnemental régional) et Carole Delga, présidente de région, sont montés au créneau. Ils craignent en effet que le chantier de 100 millions d’euros échappe à une entreprise implantée en Occitanie au profit d’un candidat chinois.

« Le choix porterait sur un groupe chinois qui investirait à prix cassé - par le dumping économique et social - pour obtenir le marché alors que le groupe Lafarge réalise ses investissements avec les avantages fiscaux de suramortissement », dénonce Jean-Louis Chauzy, qui appelle le groupe implanté dans le Comminges depuis soixante ans à « faire preuve de civisme ». Même son de cloche pour la présidente de Région Carole Delga qui a décroché son téléphone il y a quelques jours pour s’entretenir avec la directrice générale de Lafarge France, Bénédicte de Bonnechose. « Les échanges que nous avons pu avoir ensemble ont été rassurants », note celle qui a longtemps été élue à Martres-Tolosane.

Un marché de 100 millions d’euros

En fin de semaine dernière, Lafarge France a rappelé dans un communiqué de presse « qu’un processus de sélection des prestataires est en cours et qu’aucune décision n’a été prise à ce stade. Plusieurs entreprises françaises et internationales sont en lice ». Le marché, estimé à 100 millions d’euros, a pour objectif de regrouper deux lignes de production de ciment en une seule afin d’augmenter la production. Celle-ci passerait de 2500 à 3000 tonnes par jour selon les informations publiées par Le Moniteur en février 2016, et d’alimenter le marché toulousain. Le site de Martres Tolosane emploie 110 salariés.

L’autre défi est de réduire l’impact sur l’environnement. Lafarge France assure via un porte-parole que « l’industriel retenu pour la conception du nouvel équipement fera appel à des sous-traitants locaux pour la réalisation de la nouvelle ligne de production ». Toujours selon le cimentier, l’appel d’offres devrait aboutir fin 2017 et les travaux pourrait durer deux ans. Affaire à suivre.
Philippe Font

Sur la photo : En 2016, la cimenterie Lafarge de Martres-Tolosane s’était dotée d’un nouvel équipement permettant l’usage de pneus entiers comme combustible pour ses fours. Photo DR.