ToulÉco

Publié le mardi 9 août 2016 à 18h30min par Julie Rimbert

Cybercriminalité : une menace croissante pour les PME

article diffusé le 18 mai 2016

Jamais les besoins d’information sur la cybersécurité n’ont été aussi importants. Les entreprises et les collectivités sont la cible de personnes malveillantes dont le pouvoir de nuisance augmente avec celui des technologies. Une entreprise sur quatre est concernée. Demain, une sur (...)

Avec la généralisation des systèmes d’information, les TPE et PME sont devenues la cible depuis plusieurs années de cyberattaques. Si les grands groupes étaient auparavant dans le viseur des hackers malveillants, les TPE-PME sont elles aussi frappées de plein fouet par ce nouveau fléau.

« Les cyberattaques touchent toutes les entreprises aujourd’hui », explique Fabrice Crasnier, major gendarmerie, commandant de la division Analyse criminelle et investigations spécialisées de la section d’appui judiciaire de la région Midi-Pyrénées. « Malgré les efforts des sociétés et des acteurs de la cybersécurité, la cybercriminalité est toujours la forme de criminalité qui connaît la plus forte croissance depuis quinze ans. Le nombre d’entreprises exposées à la perte de données sensibles aurait doublé en sept ans. Elle serait estimée à 3,3 milliards d’euros en France l’an dernier. »

Régulièrement, cet expert en cybersécurité se rend dans les entreprises pour des exercices de prévention. Malheureusement, les sociétés n’ont pas évolué aussi vite que cette délinquance informatique qui a su développer des attaques redoutables comme la fraude au président ou les cryptolockers rançongiciel (ransomware en anglais).

Explications : « Quand une entreprise se connecte à Internet, elle ouvre plus de 65.000 portes pour des hackers », souligne Fabrice Crasnier. « Il faut sécuriser un réseau comme un bâtiment. Les entreprises doivent investir plus d’argent pour leur sécurité informatique car des cybercriminels peuvent les mettre sur la paille. C’est difficile de connaître le nombre de sociétés touchées par ces attaques car elles ne préviennent pas toujours les autorités, pour ne pas ternir leur réputation. »