ToulÉco

Publié le mercredi 8 novembre 2017 à 17h36min par Martin Venzal

« En dématérialisant ses services, le notaire simplifie la relation avec le public »

Comme toutes les professions réglementées, les notaires ont entamé leur révolution numérique. Les études ont troqué leurs stylos plume pour des tablettes tactiles, comme l’explique Céline Chwartz, notaire à Toulouse et déléguée régionale à la communication.

Depuis quand avez-vous débuté vos réflexions sur le numérique ?
Le notariat a engagé un virage il y a déjà une dizaine d’années en dématérialisant ses services pour les différents organismes d’État. Puis il y a cinq ans, nous avons commencé par numériser les actes authentiques directement dans les études. Aujourd’hui, c’est toute notre relation avec le grand public qui est impactée par cette transition numérique.

Quels sont les outils mis en place pour cela ?
Au printemps dernier, nous avons lancé un site national, baptisé Notaviz. Il s’agit d’une plate-forme de services en ligne qui apporte un premier niveau de réponses au grand public. On peut y trouver un notaire près de chez soi et prendre rendez-vous. Il y a aussi des outils de calculs en ligne, par exemple en cas de transaction immobilière. Nous avons également lancé le site ByMyself, qui permet de créer directement son bail d’habitation en ligne.

Est-il encore besoin de se rendre chez le notaire ?
Bien sûr ! L’écoute et le conseil ne peuvent pas se faire à distance. En revanche nous avons mis en place des systèmes de visioconférence afin de permettre aux personnes de signer des actes authentiques à distance. Il s’agit d’un système notarial privé, prioritaire et sécurisé qui facilite la relation et le service au client. Et enfin, tout dernièrement, nous avons mis en place un dispositif qui permet de signer électroniquement, à distance et en mobilité via une tablette tactile.

Est-ce que tous les notaires sont équipés ?
Le système est en cours de déploiement. Les signatures électroniques concernent déjà 90% des études. Ce nouvel outil en mobilité constitue vraiment la dernière étape en date sur la modernisation de nos réseaux. Le but reste toujours de simplifier les échanges et la dématérialisation des services se fait en ce sens. Dans le même temps, les personnes ont toujours besoin de contact direct pour être informées sur des questions qui touchent au couple, à la famille ou encore à la transmission de patrimoine et la création d’entreprises. Nos dernières journées qui se sont déroulées récemment à Toulouse témoignent de l’engouement du public pour tous ces sujets (Près de mille personnes y ont participé, NDLR).
Propos recueillis par M.V.

Sur la photo : Céline Chwartz, notaire à Toulouse et déléguée régionale à la communication. DR