ToulÉco

Publié le mardi 6 novembre 2018 à 19h12min par Philippe Font

Technologies. Le Toulousain Innersense veut bâtir son développement à l’international

Après avoir développé des solutions d’aide à l’ameublement en France, la jeune pousse toulousaine vise désormais le marché international. Grâce à une levée de fonds de 1 million d’euros, ses dirigeants s’attaquent au marché italien et américain.

Utiliser la 3D et la réalité augmentée pour imaginer la place des meubles dans les pièces de sa maison. C’est ce que proposent logiciels et applications développés par la société Innersense installée à Toulouse depuis 2014. Créée par Stéphane Mercier, diplômé de Supaero et Xavier Crouilles, sorti de Supelec, la start-up intègre désormais la 3D et la réalité augmentée afin d’aider l’acheteur à prendre sa décision d’achat.

« La 3D permet de voir les détails du meuble, mais aussi de changer sa couleur et de le personnaliser. La réalité augmentée aide l’acheteur à imaginer le meuble dans son élément ». Alors que Maisons du Monde exploite déjà la solution d’Innersense, Stéphane Mercier et Xavier Crouilles, envisagent de diversifier leur activité au domaine de la maison : Innersense qui utilise les technologies Arkit et Arcor développées par Apple et Android veulent appliquer leurs solutions aux abris de piscine, ainsi qu’aux extensions de maison et aux vérandas.

Une filiale aux États-Unis

L’autre axe de développement d’Innersense qui emploie vingt-cinq personnes concerne l’export, notamment l’Italie et les États-Unis, marchés importants du meuble. D’ailleurs, Xavier Crouilles devrait s’installer durablement à Miami (Floride) et y gérer la filiale américaine d’Innersense créée depuis avril 2018. Ce changement de dimension pour la start-up toulousaine est rendu possible par la levée de fonds d’1 million d’euros actée durant l’été 2018.

La moitié provient de fonds propres, le reste a été abondé par des business angels qui suivent la société depuis ses débuts ainsi que par Bpifrance, la Caisse d’Épargne Midi-Pyrénées et la Banque Populaire Occitane, mais également la Région Occitanie. « Cela devrait nous permettre d’industrialiser le processus de numérisation en 3D et de développer la production. Aujourd’hui on travaille sur dix meubles, à terme on vise le millier de pièces », prévoit Stéphane Mercier.
Philippe Font

Sur la photo : Stéphane Mercier, cofondateur d’Innersense. Crédits : Hélène Ressayres - ToulÉco