ToulÉco

Publié le dimanche 29 avril 2018 à 17h43min par Philippe Font

La Banque populaire Occitane se positionne pour devenir actionnaire de l’aéroport Toulouse-Blagnac

Alors que dans les mois à venir l’actionnariat d’ATB pourrait être modifié, la Banque populaire Occitane s’est positionnée afin de d’entrer au capital de l’aéroport toulousain.

La Banque Populaire Occitane (BPO) a affirmé son intérêt pour devenir actionnaire de l’aéroport Toulouse-Blagnac. C’est ce qu’a expliqué son directeur général Alain Condaminas lors de la conférence de presse présentant les résultats de l’établissement bancaire. « Nous sommes prêts à investir avec l’aide des fonds du groupe BPCE (Banque Populaire et Caisse d’Épargne, NDLR). S’il faudra se mettre d’accord sur le prix, nous avons les fonds, et sommes prêts à entrer au capital à hauteur de 10 à 60% », indique Alain Condaminas.

« Nous ne sommes pas là pour faire un coup sur cinq ou huit ans, mais nous voulons nous inscrire dans la durée sur quinze ou vingt-cinq ans. Notre objectif est de favoriser l’emploi local, favoriser l’innovation et développer le transport du futur ». L’État avait vendu en décembre 2014 49,9% des parts d’ATB à deux actionnaires chinois pour la somme de 308 millions d’euros. Vu l’évolution du trafic et de la valeur à la hausse d’ATB, le ticket d’entrée sera sans doute révisé à la hausse.

Intelligence artificielle et assistants virtuels

L’année 2018 va également être synonyme d’innovation au sein de la Banque Populaire Occitane. Déjà, il y a quelques mois, l’établissement a inauguré, tout près de son siège à Balma en banlieue toulousaine, le 89C3, une structure regroupant les compétences informatiques spécialisées en innovation et liées à la cybersécurité. Ses dirigeants ont en outre annoncé le déploiement en 2018 de nouvelle solutions autour de l’intelligence artificielle. Ces dernières devraient permettre de collecter et de traiter plus rapidement les données.

La banque va lancer également des assistants virtuels afin d’augmenter les gains de productivité des conseillers de la banque. Ils seront dévolus dans un premier temps aux dossiers liés aux successions. « Ils sont plus fiables et plus rapides » , affirme Alain Condaminas qui estime que le déploiement de ce nouvel outil aurait des impacts sur deux postes de salariés.
Philippe Font

Sur la photo : André Samier, président du conseil d’administration, et Alain Condaminas, directeur général de la Banque populaire Occitane. Crédits : Ph.F – ToulÉco

En chiffres

En 2017, la Banque Populaire Occitane a accordé 2,8 milliards de crédits : 1,4 dans l’immobilier, 1,2 pour les entreprises et 200 millions d’euros de prêts à la consommation. Elle présente un résultat net de 64,7 millions d’euros. Seule ombre au tableau : un produit net bancaire de 348,7 millions d’euros, en baisse de -1,7% par rapport à 2016.