ToulÉco

Publié le mardi 11 juillet 2017 à 21h41min par Valérie Ravinet

Toulouse. Le Comptoir des Pharmacies fait le plein d’ordonnances

Moins de deux ans après son lancement, la plateforme dédiée à la mise en lien des officines pour optimiser la gestion des stocks a séduit 10% des pharmacies françaises et connait une croissance exponentielle.

C’est une marketplace à la française. « La solution que nous avons imaginée est un mix entre Le Bon Coin et Amazon : d’un côté, on met en relation des pharmaciens qui vendent ce qu’ils n’utilisent pas, de l’autre on multiplie les vendeurs sur une même plateforme pour diminuer les coûts de logistique », résume Charles Romier. À 31 ans, le jeune pharmacien a laissé tomber la blouse blanche pour fonder, avec deux associés, un comptoir de déstockage des invendus des officines.

« La problématique principale des pharmacies est liée à la gestion des stocks », explique le chef d’entreprise. « En moyenne, les pharmacies ont 10,5 mois de produits en réserve et des produits qui se périment ; un produit qui n’est pas vendu dans les six mois risque à 84% de périmer dans l’officine. Les coûts induits par ces invendus mettent en péril la rentabilité ». En 2016, un rapport de l’Ordre des pharmaciens pointait de nombreuses fermetures d’officines sans compter le phénomène de concentration qui affaiblit les réseaux de proximité. En dix ans, le nombre d’enseignes a ainsi chuté de 4% en France. Les petites structures étant incapables d’accéder au même niveau de remises que les « grandes » enseignes. « La pharmacie est l’un des piliers de l’accès aux soins. Sans pharmacie de proximité, pas de traitement », martèle Charles Romier.

Progression en vue

Partant de l’idée que ce qui est produit est utile, les associés ont cherché une solution économiquement et écologiquement viable. « Nous avons levé les freins un à un pour développer un système qui assure la traçabilité des médicaments, en nous appuyant sur des transporteurs autorisés ». En juin 2017, dix-huit mois après sa création, 1987 pharmacies ont rejoint le réseau, pour un volume de flux de 200.000 euros mensuels, représentant 1500 colis.

Primée par le ministère de l’Économie et des Finances fin mai 2017 à l’occasion du concours Graines de Boss, le Comptoir des Pharmacies entame une opération pour lever 500.000 à 1 million d’euros d’ici la fin de l’année. L’équipe quitte l’incubateur TBSeeds qui l’a hébergée depuis ses débuts pour emménager dans ses propres locaux, à Toulouse. « Notre croissance importante est la preuve que notre solution répond à un réel problème. Notre taux de croissance n’a encore jamais pu être observé dans le monde officinal. Nous sommes les seuls à opérer dans ce domaine et je ne vois pas comment on pourrait venir nous concurrencer », se félicite Charles Romier. Aventure à suivre, en toute modestie.
Valérie Ravinet

Sur la photo : Charles Romier, pharmacien, co-fondateur du Comptoir des Pharmacies - Crédits : Hélène Ressayres - ToulÉco