ToulÉco

Publié le dimanche 22 septembre 2019 à 18h30min par Béatrice Girard

Toulouse Labège : le bout du tunnel pour le campus des objets connectés

Toujours pas de première pierre mais une date. Le permis de construire du campus de l’IoT a été délivré et les travaux démarreront en février 2020. C’est ce qui a été annoncé à la veille de l’ouverture de Focus, l’événement annuel des startups de l’IoT Valley.

42 millions d’investissements pour un bâtiment de 20.000 m2 livrable début 2022 après vingt-cinq mois de travaux à Labège. Tel est le programme annoncé par Carole Delga, la présidente de la Région Occitanie ce mercredi 18 septembre. Pour rappel, la Région avait repris la main dès 2017 pour débloquer le financement de ce campus dédié à l’internet des objets, lancé en 2015 par Ludovic Le Moan, président et fondateur de Sigfox et de l’IoT Valley.

« Il était indispensable d’avancer dans la construction de cet ensemble architectural car le risque de développement de projets concurrents dans d’autres régions en France est aujourd’hui réel », a pointé l’élue. La consultation des entreprises est prévue avant la fin de l’année pour un démarrage des travaux en début d’année prochaine. Sur les 42 millions d’investissements nécessaires, 30 millions d’euros seront financés dans le cadre d’une SAS, apportés à moitié par la Région (15 millions d’euros) ainsi que par la Caisse des dépôts et la Caisse d’Epargne (15 millions d’euros). Le Sicoval investit à hauteur de 4 millions d’euros et les 8 millions d’euros restant seront financés par un emprunt.

100 entreprises hébergées sur place

Le programme initial prévoyait la construction d’un campus de 85.000 m2 sur les huit hectares de l’ancien siège de Sanofi, rachetés par le Sicoval. Sigfox souhaitait y installer son siège social et faire éclore sur place « La Silicon Valley des objets connectés ».
Après un programme maintes fois remanié et un premier permis déposé en février 2018 en co-habilitation avec Eiffage, seule la première tranche du projet voit le jour pour l’instant, sur un hectare de foncier.

« Nous avons dessiné un bâtiment de 20.000 m2 sur six étages, avec en rez-de-chaussée, des espaces ouverts, une agora, un fablab, un connecteur : l’accélérateur de startups et un espace dédié au sport », a décrit Laura Gelso, l’architecte en charge du projet au sein du cabinet Jean-Paul Viguier. Le nouveau siège social de Sigfox occupera 10.000 m2, 7000 m2 seront réservés aux startups et 3000 m2 au connecteur.

Les étages supérieurs seront organisés en espaces de travail et en bureaux. Le bâtiment prévoit d’héberger 1200 membres de l’IoT Valley, soit une centaine d’entreprises et sera équipé de nombreux capteurs.

Les investisseurs privés manquent toujours


A ce stade, quid de la deuxième tranche ? Le projet prévoyait en effet jusqu’à l’année dernière la construction -en partenariat avec Eiffage- d’un bâtiment attenant de 7000 m2 destiné à un hôtel de 134 chambres, des commerces et un parking de 310 places (susceptible d’être transformé en bureaux dans un second temps). Mais à ce jour, les investisseurs privés manquent toujours à l’appel. « Nous y travaillons, je parie qu’ils seront prêts à participer à la phase 2 », assure Carole Delga.
Béatrice Girard

Sur la photo : Jacques Oberti, président du Sicoval, Ludovic Le Moan, CEO de Sigfox et Carole Delga, présidente de la région Occitanie, lors de la présentation du projet le 18 septembre à Labège. Crédits : Quentin Buttin - ToulÉco

3 Commentaires

  • Le 23 septembre à 08:25 , par joseph

    Je doute que les investisseurs privés s’engage dans cette voie hasardeuse .
    En effet l’aventure sigfox est loin d’avoir réussie , elle reste un pari . Une fois que les quelques gros clients auront evalué la techno et constaté qu’elle n’apporte rien par rapport aux autres , hormis pour les compteurs d’eau ( deja fait ) et les quelques barrages d’EDF, ils ne continueront pas . La 5G , lora et autres solutions propriétaires ( toutes les puces de TI, silicon labs etc) sans abonement annuel prendront l’avantage . Si on regarde les resutats des quelques start up de l’iot valley on a aussi de quoi s’inquiéter sur l’avenir de ce campus : flipr est un echec (previsible de plus ) , connit fait de grosses pertes .
    La bulle des drones a deja explosée, ça va etre au tour du fantasme de l’internet des objets .
    Il est tout à fait malvenu que la region perde de l’argent publique dans cette aventure sans lendemain .
    Là aussi c’est regrettable qu’il n’y ait pas de « bons » experts dans les instances publiques pour juger des projets technologiques et que seul le gnac du dirigeant fondateur de sigbox reussisse à abuser nos politiques ( mais pas ceux qui investissent avec leur propre argent ) .

    • Le 30 septembre à 22:01, par Laurent

      Bonjour Joseph, Quelques commentaires, Flipr semble toujours en vie et lance un nouveau produit, Sigfox travaille à la logistique de DHL (250.000 déployés d’ici la fin de l’année) des millions d’alarmes de Securitas / Verisure, des containers de Michelin, et des centaines de milliers de conteneurs pour PSA, plus de 60 pays dans le monde ont ou démarrent un réseau Sigfox, quel échec ! Quant à l’IOT Valley c’est des centaines d’emplois en plus chaque année et un écosystème qui nécessite d’agrandir les locaux chaque année. Je vous invite à franchir le périphérique si vous avez des doutes. Rencontrez les Cenareo, Ubigreen, Nanolike et tous ceux qui font de cette aventure un vrai succès !

      Signaler ce message

      Répondre à ce message

Répondre à cet article