À Montpellier, 150 millions d’euros pour booster le vélo

Les mobilités douces sont au cœur de la stratégie de la Métropole de Montpellier. Objectif : décarboner les déplacements. Pour cela, 235 kilomètres de pistes cyclables vont être aménagés, avec à la clé un investissement pluriannuel de 150 millions d’euros.

Pour décarboner les mobilités, Montpellier Méditerranée Métropole sort l’artillerie lourde. Un plan mobilités actives, de 150 millions d’euros, a été voté en mai dernier. Objectif : faire passer la part modale des déplacements quotidiens à vélo de 4 % à 10 % d’ici 2026. Rien n’arrêtera la volonté du maire socialiste, Michaël Delafosse, élu sur une liste d’alliance avec les écologistes, et lui-même cycliste quotidien. Même si les automobilistes râlent : les pistes cyclables sont pour certaines aménagées sur des voies dédiées auparavant aux voitures. Les bouchons créés par cette réduction des files de circulation déplaisent, mais c’est aussi une façon de contraindre les « autosolistes » à revoir leurs habitudes.

Pour faire aimer le vélo, la Métropole a instauré une aide à l’achat d’un vélo à assistance électrique neuf à hauteur de 500 euros maximum, entre le 1er novembre 2020 et le 31 décembre 2022. Une aide substantielle, qui ne fait pas l’unanimité. Les professionnels interrogés par ToulÉco estiment qu’il faut mettre l’argent sur la sécurité et la continuité des aménagements. L’opposition LFI juge que cette aide est perçue par des classes aisées, qui ont les moyens de s’acheter un vélo à assistance électrique.

Côté infrastructures, la collectivité met sur les rails un Réseau express vélo, créé après consultation du bureau d’études spécialisé Copenhagenize. Il s’agira d’un « réseau cyclable continu, sécurisé et confortable de 235 kilomètres. Il reliera les cœurs de villages des communes au cœur de la métropole jusqu’à la place de la Comédie, mais aussi les communes du territoire entre elles », explique Michaël Delafosse.

Première tranche des travaux lancée en août

Ce nouveau réseau représente plus de vingt-cinq nouvelles pistes cyclables. 75 % seront livrées d’ici la fin du mandat, en 2026. Un exemple : la première phase de travaux de liaison entre le centre-ville de Saint-Gély-du-Fesc, situé au nord de Montpellier, et le pôle d’échanges multimodal Occitanie, au nord de Montpellier, a commencé début août. Longue de 8 kilomètres, la piste cyclable devrait être opérationnelle en 2025. Le coût total est de 1,4 million d’euros, financé à 61 % par la Métropole, 30,5 % par l’État, 5 % par la Région Occitanie et 3,5 % par la communauté de communes du Grand Pic-Saint-Loup.

Les associations pro-vélo, très actives à Montpellier (le 24 septembre, 3000 cyclistes de tous âges ont participé, sur leurs biclous, à la 5e édition de Vélo pour Tous), continuent à pousser. Elles demandent notamment l’installation de box de stationnement, pour que les cyclistes habitant dans des logements trop exigus puissent entreposer leur vélo sans risque de vol. « Notre stratégie d’implantation de box sécurisés fait face à des retards de livraison, comme partout. Avec Urban NT, nous allons implanter, à partir d’octobre, soixante box individuels pour 240 places au total », déclare Julie Frêche, vice-présidente de la Métropole.
Hubert Vialatte

Sur la photo : La métropole de Montpellier veut installer des box individuels pour sécuriser le parking des vélos. Crédit photo : Adobe stock -rh2010

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/A-Montpellier-150-millions-pour-booster-le-velo,36425