Avec Bobby, elles sauvent les meubles

Retrouvez cet article dans le

À 24 et 25 ans, Paula Guillot-Séguier et Pauline Noell incarnent l’entrepreneuriat à impact social. Elles ont créé Bobby, une plateforme de mobilier de seconde main vendu à petits prix aux étudiants.

Ces deux-là sont amies de longue date. Originaires de Lavaur (Tarn), elles se sont rencontrées sur les bancs du lycée avant de partir étudier chacune de son côté. Ce sera TSE, puis une école d’ingénieur pour Paula Guillot-Séguier, qui plonge dans les data, les maths, les stats… Une prépa scientifique puis une école d’ingénieur à Grenoble, couronnée par un double diplôme en école de management pour Pauline Noell, qui hésitait déjà entre le commerce et les sciences… « J’étais titillée par la création d’entreprise et à chaque fois que j’ai pu suivre des cours d’entrepreneuriat, je l’ai fait !  » Diplômes en poche, Pauline décide en janvier 2021 de prendre une année pour monter sa propre entreprise à impact social ou environnemental. Paula de son côté jette l’éponge avec les data. « Je ne m’y reconnaissais pas, je voulais absolument trouver un job qui fasse sens… Quand Pauline m’a parlé de Bobby, je me suis dit ok, ça a du sens, et je me suis embarquée avec elle dans l’aventure. »

Bobby, un nom qui évoque celui d’un bon pote prêt à aider à déménager quand on est étudiant ; est donc une plateforme de vente en ligne de mo-bilier de seconde main à tous petits prix destiné aux étudiants.
Un démarrage en mode « système D » En six mois, Pauline et Paula testent le marché pour mesurer les attentes des étudiants, souvent fauchés et bloqués pour organiser leur déménagement faute de moyen de transport. « Nous avons décidé de tester le don auprès de particuliers afin de récupérer des meubles gratuitement et les revendre avec des rabais de 30 à 70 % », décrit Paula. La recette fonctionne au-delà de leur espérance. Entre juillet et octobre 2021, elles récupèrent 450 meubles auprès de 250 donateurs, enregistrent un premier chiffre d’affaires de près de 10 000 euros et lancent leur plate-forme en mode « système D ». « Nous avons stocké les premiers meubles dans un hangar chez mes parents puis on nous a prêté un un camion pour récupérer et livrer le mobilier… », se souvient Pauline. Lauréates d’un concours lancé par l’agence toulousaine La Box Digitale, qui aide les entrepreneuses, elles ont aussi bénéficié d’un site internet pra-tiquement gratuit.

Prochaine étape, lever des fonds Côté accompagnement, elles ont choisi Makesense, l’incubateur parisien qui chaperonne les projets à impact. « Un mentor nous a challengées, ainsi que des bénévoles experts en design de services et des juristes, mais nous le savons la prochaine étape sera de lever des fonds. » Désormais aussi suivies à Toulouse dans le cadre du parcours Adress, qui accompagne les projets en économie sociale et solidaire, Paula et Pauline veulent optimiser leur process, recruter des stagiaires et se lancer dans une levée de fonds d’ici un an pour dupliquer Bobby dans d’autres métropoles et arriver, enfin, à se rémunérer.
Béatrice Girard

Photo : Hélène Ressayres - ToulÉco

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Avec-Bobby-elles-sauvent-les-meubles,32844