Miren de Lorgeril : « Le changement climatique est l’enjeu majeur »

400 ans ! Alors que la Maison Lorgeril, basée au Château de Pennautier (Aude), fête en juin 2022 ses quatre siècles, Miren de Lorgeril met le cap sur les enjeux d’avenir.

Adaptations aux nouvelles demandes des consommateurs, conversion en bio des 300 hectares de vignobles (sur six domaines), méthodes de travail de plus en plus affinées… Le passage en bio « rend nos plantes plus belles, mais aussi plus fragiles face aux aléas climatiques. C’est une ligne de crête, passionnante, mais pas reposante ! », confie Miren de Lorgeril, dirigeante du groupe viticole. Les crus actuels « se vendent plus cher, mais coûtent plus cher. S’il n’y a pas d’amélioration du résultat financier, j’observe une amélioration de l’état d’esprit, de notre capacité à voir l’avenir et de notre relation avec le consommateur. C’est essentiel. » Le gel du printemps dernier, les épisodes récurrents de sécheresse et la pandémie de Covid ne lui laissent que peu de répit. « On sent qu’il y a encore beaucoup de choses à faire, car nous sommes de plus en plus fins dans nos approches. Nous travaillons sur l’adaptation des parcelles, sur la compréhension des sous-sols, pour adapter au mieux le type de porte-greffe, les cépages… L’adaptation au changement climatique est l’enjeu majeur. » Son exigence personnelle « a beaucoup grandi » au fil des ans et l’amène, sur l’activité de négociant, à être « très regardante sur la qualité du raisin, et sur la façon dont les sols sont exploités ».

Laboratoires Dubernet et Stéphane Derenoncourt

Pour atteindre l’excellence dans les approches d’identification, le soin apporté aux terroirs, la sélection des parcelles ou encore l’assemblage, Maison Lorgeril s’entoure des meilleurs partenaires techniques : « les laboratoires œnologiques Dubernet, depuis 5 ans, et le vinificateur Stéphane Derenoncourt depuis 2 ans », précise Miren de Lorgeril. Ces regards extérieurs « nous permettent de progresser. Un vigneron peut accumuler des savoir-faire, mais aussi des mauvaises habitudes ! », sourit-elle. À l’international, Lorgeril privilégie « les partenariats durables, les relations long terme, pays par pays, pour bien comprendre les goûts des consommateurs ». Avec, pour signature, « l’élégance du Languedoc, la recherche de finesse, l’expression d’un terroir ». Après dix-huit mois de Covid-19, « on sent que l’on va passer dix-huit mois sur le terrain, au Canada, aux États-Unis, au Japon, en Chine, en Europe du Nord ! » Les vins de Lorgeril s’épanouissent sur les plus beaux terroirs du Languedoc et du Roussillon, à des altitudes comprises entre 200 et 400 mètres. Pour des résultats probants : soixante-dix salariés, 12 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2021, dont 60 % à l’export. La maison familiale indépendante a été créée en 1620. Le Château de Pennautier, qui a accueilli le roi Louis XIII en 1622, est désormais prêt, dix générations plus tard, à se tourner vers l’avenir.

Hubert Vialatte
Sur la photo : Miren de Lorgeril, propriétaire du Château de Pennautier. Crédit : DR.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Miren-de-Lorgeril-Le-changement-climatique-est-l-enjeu-majeur,32810