ToulÉco

Publié le mardi 10 janvier 2017 à 22h24min par Julie Rimbert

La société Artech met la réalité augmentée au coeur du quotidien

La réalité augmentée débarque dans notre quotidien. C’est sur ce procédé, démocratisé par le jeu Pokémon, que s’appuie l’entreprise Artech basée à Montauban, pour développer l’application gratuite Magic Xperience. Une application de type baguette magique qui permet d’animer gâteaux d’anniversaire ou tapis de (...)

Transformer un produit standard en produit magique pour les enfants, via des images 3D. Tel est le métier de Christian Ruiz, dirigeant de la société Artech, créée en avril 2015. « Notre métier, c’est de développer des personnages puis de vendre notre technologie en marque blanche pour d’autres sociétés. Nous connectons des objets que l’on pense non connectables avec la réalité augmentée. ». Une équipe de rugby qui exécute virtuellement le haka sur un tapis de souris, une princesse qui danse au beau milieu d’une assiette en carton… Les déclinaisons sont infinies.

Après avoir téléchargé l’application, l’utilisateur n’a qu’à pointer sa tablette ou son smartphone sur un objet commercialisé par Artech pour voir apparaître sur son écran une animation spécifique.L’entreprise montalbanaise, qui compte neuf salariés, s’est fait connaître en lançant le premier parc magique au jardin des plantes de Montauban à l’occasion du passage du Tour de France. En dirigeant son smartphone ou sa tablette vers des totems, l’utilisateur voyait apparaître un éléphant barrissant ou une girafe sur son écran. Artech applique désormais ce même procédé aux objets de grande consommation.

Développement aux États-Unis

Actuellement, une quinzaine de produits, fabriqués industriellement et vendus en grande surface, sont disponibles. « Nous comptons 1200 points de vente, dont 500 dans des boulangeries qui commercialisent des gâteaux d’anniversaire et des chocolats en réalité augmentée », ajoute Christian Ruiz. Parmi les distributeurs figure le groupe Carrefour qui vend les assiettes en carton signées Artech.

Des partenariats sont en cours pour lancer bientôt des cartes de vœux en réalité augmentée. En 2017, la société vise un catalogue de 100 à 150 produits pour atteindre un chiffre d’affaires entre 1 et 2 millions euros, contre 200.000 euros en 2016. « Nous voulons réaliser une levée de fonds et nous comptons beaucoup sur notre développement aux États-Unis où nous allons ouvrir un bureau à Miami. Nous sommes en cours de référencement dans de grandes enseignes américaines comme Walmart ou Costco », précise Christian Ruiz. Un déploiement qui n’a rien de virtuel.
Julie Rimbert

Sur la photo : Grâce à son application, Artech fait apparaitre des objets et des personnages animés. Crédits : Rémy Gabalda - ToulÉco