Getfluence affole les compteurs

Retrouvez cet article dans le

Self-made man, Marc de Zordo a fondé Getfluence, une entreprise qui va vite sur son marché. Loin des carcans de l’écosystème, ce startuppeur s’est fait tout seul.

Getfluence a vu le jour il y a un an et demi à Toulouse et la start-up affole déjà les compteurs. « Nous sommes vingt aujourd’hui et nous espérons être cent d’ici un ou deux ans », constate Marc de Zordo, son fondateur. La société génère 400.000 euros de chiffre d’affaires par mois et a atteint l’objectif ambitieux que s’était fixé son PDG à son lancement : s’auto-financer dès mai 2019. Cette société connecte les annonceurs européens – les marques et les agences – avec des médias pour organiser leurs campagnes d’articles sponsorisés. « Nous prenons 30 % de commission à titre de mise en relation. Chacun définit ses conditions sur la plateforme. C’est un gain de temps important des deux côtés. »

Le parti pris de Getfluence : travailler avec des médias importants et crédibles. « Nous permettons aux médias de toucher 5000 annonceurs potentiels. » Mais pour comprendre le succès de cette jeune pousse, il faut revenir sur le parcours de son créateur. Marc de Zordo a monté sa première société à seize ans.

Aller très loin, très vite

Issu d’un milieu modeste, adolescent, il crée des sites web. Autodidacte, il apprend dans les livres et sur Internet. « J’avais découvert que des gens gagnaient leur vie grâce à internet en générant du trafic sur des sites web. » Le jeune homme, qui se définit comme « un élève moyen » apprend en levant une difficulté après l’autre. « J’ai commencé en réparant les ordinateurs cassés que mon père me ramenait. J’ai appris à régler des problèmes incompréhensibles et à passer des caps », se souvient-il.

En faisant de la veille sur le web, il monte des sites sur les sujets qui font parler : la première plateforme sur le sudoku ou la tecktonik par exemple. « J’ai eu un véritable choc psychologique en recevant mon premier chèque. Je suis passé de 200 euros par mois de revenus générés par la vingtaine de sites que je gérais à 8000 euros. Je vivais bien grâce à mon activité. » Il passe son Bac STT, intègre un BTS Muc et décide de poursuivre ses études dans une école d’informatique particulièrement pointue. Le jeune garçon qui bidouillait des ordinateurs peut ainsi se créer son réseau. Il rencontre ses trois associés avec qui il fonde sa première start-up, rachetée ensuite par Webedia. Au coeur de son activité, le référencement naturel. Son parcours de vie le mène à Toulouse, où il crée un blog dédié aux concepts innovants développés aux États- Unis. Il vend alors ses premiers articles sponsorisés.

Chef de projet dans de grandes sociétés, il se sent vite à l’étroit dans ses fonctions. « L’entrepreneuriat est toxique. Je suis devenu dépendant de la liberté qu’il apporte ». Grâce à l’argent engrangé lors de ses différentes expériences professionnelles, Marc de Zordo rachète des sites web. « J’avais agrégé 400 annonceurs pour près de 200 médias. Je me dégageais 50.000 euros de chiffre d’affaires par mois, j’étais seul, sans salarié, ma vie était tracée. L’autre alternative était de créer une plateforme internationale qui aurait concentré tous les médias européens et les annonceurs pour leur proposer un service de qualité pour le placement d’articles sponsorisés », explique-t-il.

Il choisit finalement la deuxième solution avec la conviction qu’il devra aller très, très loin et viser l’Europe pour réussir le challenge qu’il s’est fixé. Fin de l’histoire, non début de l’aventure Getfluence. La start-up s’apprête à lancer sa première levée de fonds pour un montant s’échelonnant entre 5 et 10 millions d’euros. Les banques suivent déjà le projet et ont injecté 500.000 euros dans la société et offrent d’en débloquer autant. Elle pourra ainsi attaquer un an et demi après sa création, le marché européen et asseoir sa position de leader français.
A.F.

Sur la photo : Marc de Zordo et l’équipe de Getfluence. Crédits : DR.

Retrouvez l’intégralité de cet article dans le hors série Start-up : le Décodeur, édition 2020

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Getfluence-affole-les-compteurs,29260