Michaël Delafosse : « Montpellier doit être identifiée comme une locomotive de l’Occitanie »

Il ne partait pas favori. Michaël Delafosse, 43 ans, nouvel homme fort de Montpellier, a pourtant déjoué les pronostics et remporté les municipales dans sa ville, face au maire sortant Philippe Saurel (DVG). Lors de sa campagne, commencée il y a deux ans, l’élu a dessiné une nouvelle voie pour la métropole de l’Occitanie Est. Interview effectuée le 20 juillet, dans son bureau, en cours d’aménagement.

Michaël Delafosse, quelle est votre vision de Montpellier au sein de l’Occitanie ?
Le gros enjeu de ce mandat, c’est d’affirmer Montpellier dans la nouvelle région, en jouant sur ses atouts. Montpellier doit être identifiée comme une locomotive de l’Occitanie. Je n’ai pas été, à l’époque, un grand fan de la fusion des régions, je m’y suis même opposé. Montpellier perdait son statut de capitale régionale, nous n’étions pas métropole d’équilibre et l’État central n’a pas toujours été bienveillant à l’égard de Montpellier dans l’histoire. Montpellier s’est affirmée sur une volonté forte, avec Georges Frêche, une figure de maire bâtisseur (entre 1977 et 2004, NDLR), avec qui j’ai eu un long compagnonnage, fécond intellectuellement. Cette perte du statut de capitale régionale aurait pu nous permettre de mieux nous définir ensemble. Cela n’a pas été le cas. Mais je regarde l’avenir. Aujourd’hui, la Région Occitanie existe, Carole Delga en est une excellente présidente.

Quels sont les atouts-clés de la métropole de Montpellier ?
La santé, l’agronomie, la tech. N’oublions pas que la ville fête cette année les 800 ans de sa Faculté de Médecine, la plus ancienne d’Europe ! À cette occasion sera signé le 17 août le protocole d’accord Med Vallée. Pour développer ce projet, je vais proposer une gouvernance Hippocrate pour l’attractivité du territoire en matière de santé, d’environnement, d’alimentation, d’agronomie et de bien-être. Cette gouvernance englobera le monde de la recherche, les acteurs économiques et les collectivités. La métropole doit se positionner sur le plan de la recherche, où elle excelle (Inra, Cirad, NDLR).

Vous avez rencontré longuement Carole Delga, en juillet. Quels projets montpelliérains pourrait-il y avoir dans le prochain CPER (2021-2027) ?
J’ai besoin pour Montpellier de dossiers structurants, qui financent l’enseignement supérieur, la recherche, les infrastructures de transports, où l’on doit changer de modèle et entrer dans la transition écologique. Il y aura aussi un volet patrimoine, traitant par exemple du Jardin des Plantes. À nouveau, je veux que les regards se tournent vers Montpellier.

L’ancien hôtel de ville, occupant une bonne partie de la Zac Pagézy et abritant des start-up de la French Tech Méditerranée, sera-t-il rasé ?
Il y aura un projet d’aménagement qui répondra à un cahier des charges (en faisant comprendre qu’en effet, l’ancien hôtel de ville devrait être démoli).

Un scoop pour les lecteurs de ToulÉco ?
Hind Emad va être nommée vice-présidente de 3M pour le développement économique. Fondatrice et dirigeante de l’entreprise Faciligo (plateforme de mise en relation entre des voyageurs à mobilité réduite ou voyageant avec des enfants, et des voyageurs voulant bien les aider), elle incarne le dynamisme de la filière tech montpelliéraine. Une filière vouée à un bel avenir, car le confinement a accéléré la mutation des modèles vers le numérique. Autre annonce : le Domaine de Méric pourra accueillir en semaine des décideurs économiques, pour que les entreprises puissent recevoir dans un cadre emblématique, avec les œuvres du peintre Frédéric Bazille. Il est choquant que des dirigeants aussi prestigieux que le président de Horiba, qui pèse plus de 500 emplois à Montpellier, ne soit pas reçus avec les honneurs.
Propos recueillis par Hubert Vialatte
Crédits photo : Alain Tendero - ToulÉco.

P.S. :

Retrouvez l’intégralité de cette interview dans le prochain ToulÉco le mag. A découvrir à partir du mois d’août sur notre site ou à pré-commander dès à présent chez votre marchand de journaux ou par mail, à kiosque@touleco.com.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Michael-Delafosse-Montpellier-doit-etre-identifiee-comme-une,29282