Pour répondre aux crises, la région Occitanie lance son Green New Deal

Ce jeudi 16 juillet, la région Occitanie devrait entériner sa démarche Green New Deal ainsi que ses différents plans de relance sur le tourisme, l’aéronautique, l’emploi ou encore la viticulture. 581 millions d’euros sont mobilisés pour un effet levier de 1 milliard d’euros.

Après avoir ratifié en décembre dernier sa stratégie territoriale baptisée Occitanie 2040, le conseil régional annonce l’adoption de la démarche Green New Deal pour ce jeudi 16 juillet qui vise à défendre un modèle plus sobre et plus vertueux. Celle-ci s’inscrit en cohérence avec le pacte vert porté par l’Union européenne qui cherche ainsi à être le premier continent neutre pour le climat. Pour la région Occitanie, le premier acte de ce Green New Deal passe par l’alimentation, avec pour ambition « la reconquête d’une alimentation saine et équilibrée, accessible pour toutes et tous, permettant aux producteurs d’en vivre décemment. »

L’ensemble des mesures qui composeront la feuille de route du Green New Deal seront présentées lors de l’assemblée plénière de novembre 2020. Mais déjà, les grandes lignes budgétaires sont connues, avec un plan estimé à 24 millions d’euros sur la période 2020-2021, et un effet levier attendu de 75 millions d’euros.
Pour la présidente de région Carole Delga, il s’agit tout d’abord de prendre acte de « l’enchaînement entre la crise biologique, la crise économique et la crise de civilisation théorisé très tôt par Edgar Morin. Nous y sommes », explique-t-elle. « La crise de la Covid-19 ne fait donc que confirmer ce que nous avions raison d’anticiper, et en souligne aujourd’hui l’urgence. Nous sommes prêts. Les plans de relance et de transformation que nous présentons s’inscrivent dans cette feuille de route. »

Créer des emplois dans les nouvelles filières

Ainsi, le grand plan de relance mobilise 211 millions d’euros pour un effet levier de 400 millions. Celui-ci accompagne des filières particulières : l’aéronautique et le spatial (100 millions d’euros), le secteur viticole régional (7 millions d’euros), le BTP avec la rénovation énergétique du bâtiment (12,7 millions d’euros pour des guichets uniques de la rénovation énergétique) ou encore la formation (34 millions d’euros). « Notre objectif est d’aider les entreprises qui s’en donnent les moyens de maintenir, voire de créer des emplois dans les nouvelles filières », explique Nadia Pellefigue, vice-présidente de la région Occitanie [1]. « Tout l’enjeu de ce plan de relance, c’est d’engager de nouvelles enveloppes qui s’inscrivent dans les trajectoires du Green New Deal mais aussi dans celle d’Occitanie 2040 »

Car le Green New Deal vient aussi accompagner et confirmer les différentes initiatives mis en œuvre à l’échelle régionale pour contrer la crise du Covid-19 comme le plan d’urgence, dont le but, dès avril, est de protéger et soutenir les entreprises. S’en est donc suivi en juin le plan de relance pour l’emploi et enfin, le pacte vert régional, signé en juillet. Pour la collectivité, il va permettre de « réinvestir les fondamentaux comme : se nourrir, se soigner, se loger, se déplacer, etc. et construire un modèle plus résilient ». Sa traduction doit s’inscrire dès décembre 2020 dans le budget primitif de l’année prochaine. L’ensemble est accompagné par une convention citoyenne, une démarche à l’image des trente cinq concertations thématiques déjà lancées via cette méthode depuis quatre ans sur des sujets aussi divers que le nom de baptême de la Région ou encore les états généraux du rail.

Relocaliser les filières alimentaires

Au final, l’intégralité de ce vaste plan de relance a mobilisé 581 millions d’euros pour un effet levier de 1 milliard d’euros, « financé au deux tiers par l’autofinancement », précise la présidente de Région. Le Green New Deal va dès cet été entrer dans le détail avec trois priorités définies : d’abord la transition agro-écologique (réduction de pesticides, valorisation du foncier agricole, création de tiers lieux dans les lycées agricoles, etc.) ; ensuite la relocalisation de l’alimentaire, sachant que l’agroalimentaire est déjà le premier secteur économique de la région en matière d’emploi ; et enfin, la lutte contre la précarité alimentaire, avec notamment l’adoption d’une charte d’engagement pour une grande distribution durable en Occitanie.

« Ce Green New Deal est la continuation de tout ce que nous avons engagé en terme d’alimentation », confirme Agnès Langevine, vice-présidente [2] du conseil régional . « Et qui va être complété pour travailler sur des circuits courts, la qualité alimentaire et l’autonomie agricole. »
A noter que d’autres sujets suivront sur tous les aspects de la vie quotidienne : éducation et jeunesse, formation et emploi, logement, transition énergétique, mobilités, sport culture, etc.
M.V.

Sur la photo : la présidente de la région Occitanie Carole Delga et Nadia Pellefigue vice-présidente de la région Occitanie en charge du Développement économique, de la recherche, de l’innovation et de l’enseignement. Crédits : E. Grimault - CR

Notes

[1en charge du Développement économique, de la recherche, de l’innovation et de l’enseignement supérieur

[2en charge de la Transition écologique et énergétique, de la biodiversité, de l’économie circulaire et des déchets

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Pour-repondre-aux-crises-la-region-Occitanie-lance-le-Green-New,29250