ToulÉco

Publié le dimanche 9 septembre 2018 à 18h04min

Jimenez FVA : « Inciter clients, fournisseurs et salariés à venir chez nous »

Publirédactionnel en partenariat avec

Le groupe de transport toulousain cultive son esprit familial, sa priorité donnée à l’humain et sa qualité de service depuis plus de vingt ans. Rencontre avec sa dirigeante, Valérie Jimenez.

Valérie Jimenez, pouvez-vous présenter votre société ?

Nous sommes spécialistes de la location de véhicules industriels avec conducteur, de jour comme de nuit, principalement pour les commissionnaires de transport et les messagers. L’aventure a débuté il y a vingt-deux ans avec mon mari François et mon beau-frère Antoine. Nous étions donc trois, avec un camion, et assurions du transport de marchandises jour et nuit. Aujourd’hui, notre groupe emploie 500 personnes et compte 900 cartes grises (tracteurs, remorques, véhicules légers), notamment grâce à la reprise des salariés de l’entreprise toulousaine Callejo Transports en 2015.

Quels sont les atouts de Jimenez FVA ?

Nous avons progressivement grandi grâce au bouche à oreille, en tissant des relations de confiance, sans publicité ni service commercial. La notion de service est capitale pour nous. Nous souhaitons inciter les personnes à venir chez nous, aussi bien les clients que les salariés, les fournisseurs et autres partenaires. La ponctualité, la fiabilité, la flexibilité, la rigueur, le respect ou encore l’esprit d’équipe sont des valeurs que nous cultivons au quotidien et qui sont inscrites sur la plupart des documents de l’entreprise.

Vous avez récemment reçu la visite de la secrétaire d’État à l’égalité femmes-hommes, Marlène Schiappa…

Nous sommes en effet très impliqués dans cette thématique. Nous avons signé la charte de la diversité et employons davantage de conductrices que la moyenne de la profession tout en ayant développé des aménagements du temps de travail. Au delà de la seule mixité, il est surtout question de favoriser l’être humain. Ici, chacun doit se sentir entendu et important. Tous nos collaborateurs savent que la porte est ouverte s’ils ont une initiative à soumettre. Les bonnes idées ne sont pas l’apanage du dirigeant ou de la dirigeante d’entreprise.
Photo HR - ToulÉco