Joan Jordà, le peintre indigné de la Retirada

Il fait partie des rares peintres de l’exil espagnol encore vivants. Joan Jordà avait 9 ans lors de la chute de Barcelone, en 1939. Fils d’anarchiste, il a vécu l’exil, le camp d’internement et a trouvé une nouvelle patrie à Toulouse. Son art dénonce le despotisme.

Des rides marquent son visage ovale, mais l’oeil pétille toujours. Le Catalan né à Sant Feliu de Guixols avait 9 ans, fin janvier 1939, lors de la chute de la Seconde République espagnole, qui a entraîné le départ de plus de 500.000 Républicains pour la France. Avec sa mère et sa soeur, ils faisaient partie du cortège des marcheurs. Après leur arrivée à Cerbère, ils sont internés dans un camp à Grenoble. (...)

La lecture de cet article est réservée aux abonnés :

Je m'abonne Je me connecte

Source : https://www.touleco.fr/Joan-Jorda-le-peintre-indigne-de-la-Retirada,27135