Lamya Benkirane : « remettre la start-up au centre du Village »

Retrouvez cet article dans le

Lamya Benkirane en est à la moitié de son mandat de Maire du Village by CA. Mais elle n’est pas pour autant en campagne, si ce n’est pour les jeunes pousses que la structure accompagne. Présente au cœur de l’action, un thermos à portée de main, elle est à l’écoute de ses administrés.

Lamya Benkirane, présentez-nous le Village by CA ?
Le Village est un accélérateur de business innovant. Il a pour slogan « Coopérer pour entreprendre ». Nous sommes bicéphales, puisque nous hébergeons et accompagnons des start-up, mais que nous comptons aussi des entreprises plus établies, nos partenaires, qui sont prêtes à acheter les solutions de nos jeunes pousses. Au niveau national, nous revendiquons 700 start-up et 450 entreprises partenaires. Ces dernières abondent dans le Village et permettent aux jeunes pousses de disposer d’un hébergement et d’un accompagnement à un prix compétitif. Nous comptons seize partenaires à Toulouse, dont Arterris, Ethics Group, GA Smart Building, ou Signify (Philips Lighting).

Quelle est votre mission ?
Nous nous intéressons à des jeunes pousses qui ont déjà un premier projet, un premier produit et des premiers clients. Notre job est de les aider à asseoir leur business modèle et à consolider les fondamentaux de leur entreprise. Il consiste également à les mettre en relation avec nos partenaires. Nous organisons régulièrement des événements dans ce sens, mais des rendez-vous dématérialisés en tête-à-tête. Nous nous assurons de présenter les start-up au bon moment aux bons partenaires.

Quels sont vos outils ?
Nous avons mis en place un club des experts pour leur apporter un accompagnement sur mesure. Chaque start-up possède un référent dans l’équipe qu’elle rencontre une fois par mois et qui la met en relation avec un expert dédié en fonction de sa problématique.

Comment sélectionnez-vous les entreprises ?
Les entreprises passent devant un comité de sélection. Elles peuvent candidater autant de fois qu’elles le désirent. Nous nous assurons qu’elles sont au bon stade de maturité pour nous rejoindre. Sinon, nous les orientons vers d’autres structures. Elles peuvent aussi nous rejoindre en coworking. Nous les hébergeons pour une durée qui va de un à trois ans. Elles restent parmi nous, tant que nous pouvons leur apporter quelque chose.

Quels sont vos atouts ?
Notre réseau national, les entreprises peuvent profiter de tous les villages. Quelques unes d’entre elles ont d’ailleurs des équipes dans d’autres villes. Nous apportons aussi une expertise dans les levées de fonds, du fait de notre rattachement à une banque.

Quel regard portez-vous sur l’écosystème toulousain ?

L’écosystème toulousain est atomisé, absolument pas fédéré. Je pense que la French Tech va lui offrir un second souffle salvateur. Cet état de fait est lié à son histoire, Montpellier a eu d’emblée un lieu totem, le Bic pour l’organiser.
Propos recueillis par Agnès Fremiot
Crédits photos : Hélène Ressayres

Retrouvez l’intégralité de cet article dans le hors série Start-up : le Décodeur, édition 2020

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Lamya-Benkirane-remettre-la-start-up-au-centre-du-Village,29303