ToulÉco

Publié le jeudi 12 septembre 2019 à 18h30min par Valérie Ravinet

Occitanie. Un chantier phare pour équiper l’Ariège d’une centrale hydroélectrique ultramoderne

A Tarascon-sur-Ariège, l’une des plus anciennes centrales hydroélectriques du département est en cours de rénovation. Un chantier de trente millions d’euros, piloté par EDF Hydro Sud-Ouest, pour assurer la production d’énergie pour les quarante prochaines années.

Dans la très longue vallée de Vicdessos, en Ariège, la centrale hydroélectrique de Sabart, construite au début du XXe siècle, est l’une des plus anciennes de la région. A l’origine, elle alimentait les feux pour fabriquer l’aluminium. Aujourd’hui, la production hydroélectrique, estimée à 130 gigawatts par an, sert de variable d’ajustement, en temps réel, à la consommation électrique du territoire d’Occitanie. « Avec 1400 GWh produit par an, l’Ariège produit quatre fois ce que le département consomme », précise Christophe Alidières, responsable du site pour EDF.

Technologie durable

« Le chantier de Sabart est prévu sur une durée de trois ans ; c’est un projet technique, à forte dimension environnementale et une véritable aventure humaine », résume le responsable du site.
Le projet consiste à remplacer les conduites forcées pour acheminer l’eau depuis les barrages jusqu’aux turbines de la centrale hydroélectrique, aux pieds des montagnes. Pour la première fois, l’industriel a cherché à utiliser les massifs en béton existants pour y faire passer les nouvelles conduites et assurer l’ensemble des soudures depuis l’intérieur. « Une véritable prouesse technique », s’enthousiasme Christophe Alidieres. 650 mètres de tuyaux, représentant 340 tonnes d’acier, sont ainsi en cours d’installation sur une pente inclinée à 73 degrés. Soudées, puis peintes, les conduites rénovées devraient servir en l’état durant les quarante prochaines années.

Partenariat avec les entreprises locales

Démarré en 2017, ce chantier de modernisation qui mobilise quotidiennement une vingtaine de personnes devrait être achevé à la fin du premier trimestre 2020. Il est très majoritairement réalisé avec des entreprises du territoire : le béton est fabriqué à Tarascon, le téléphérique est réalisé par Mécamont (Lannemezan), et la chaudronnerie a été confiée à Savco, installé à Saverdun. « On estime les retombées économiques locales à 23 millions d’euros », avance le responsable EDF.

Un chantier est suivi dans le respect de l’environnement en limitant les impacts écologiques. « Nous travaillons avec les équipes d’EDF depuis le tout début du projet », confirme Vincent Lacaze, chargé de mission de l’association des naturalistes de l’Ariège et membre du comité de suivi scientifique du chantier. « Les enjeux de respect des espèces et le maintien de la biodiversité sont partagés et l’industriel respecte ses engagements ».
Valérie Ravinet

Sur la photo : le cœur de la nouvelle conduite, à Sabbart - Crédits : Marion Avranche - DR.