ToulÉco

Publié le mercredi 8 novembre 2017 à 12h30min par Nathalie Sanselme

Depuis l’aéroport de Montpellier, Volotea teste le marché international

La jeune compagnie aérienne catalane affiche ses ambitions pour Montpellier et confirme le succès de son modèle reliant à bas prix les capitales régionales.

En 2012, les grandes compagnies aériennes ne donnaient pas cher de la nouvelle née Volotea. À peine cinq ans après, elles révisent leur jugement sur un modèle qui a vite prouvé sa pertinence : relier les capitales par des vols directs en s’appuyant sur des tarifs peu élevés. Et les chiffres sont là : quatorze millions de passagers en 2017 et une croissance de 25%. Pour 2018, les perspectives sont encourageantes avec 300 lignes reliant quatre-vingts capitales régionales, soit cinquante lignes supplémentaires par an.

« Ce modèle répond à des besoins non satisfaits, pour lesquels il existe un marché latent », expliquait il y a quelques semaines le directeur du développement international de la compagnie, Edo Friart, lors d’une conférence de presse commune avec Emmanuel Brehmer, président du directoire de l’aéroport de Montpellier Méditerranée (AMM). D’abord concentré sur la Méditerranée, son rayon remonte peu à peu vers le Nord. En témoigne ce « très attendu » Montpellier-Munich, nouvelle et septième destination proposée par Volotea depuis Montpellier, après Nantes, Brest, Lille, Strasbourg, Ajaccio et Bastia, qui s’appuiera à compter du 25 mai 2018 sur deux vols par semaine, pour commencer. Le temps, explique Edo Friart, de « tester le marché international à partir et à destination de Montpellier, une des liaisons les plus souhaitées par l’aéroport de Munich pour stimuler le tourisme allemand sur ce territoire ».

Volotea calque ses ambitions sur celles de l’aéroport de Montpellier

« Les objectifs de Volotea correspondent parfaitement à l’ambition affichée par l’aéroport dans sa stratégie « destination 2020 », qui prévoit de porter à 2,1 millions le nombre de ses passagers », s’est félicité Emmanuel Brehmer. Volotea mise donc bien sur l’aéroport de Montpellier Méditerranée, un des premiers qu’elle a desservi en France et « dont le taux de croissance le place parmi les meilleures performances des aéroports français » selon Edo Friart. Ici, la compagnie prévoit de multiplier en 2017 son nombre de passagers par trois.

Elle veut renforcer les liaisons « à succès », à commencer par la destination Nantes, au taux de remplissage d’avions record au cours de l’été 2017 (proche des 100%). À peine démarrée cette année, la liaison vers Lille sera annualisée, à raison de deux vols par semaine. De même, la ligne Montpellier-Bastia, inaugurée cet été, en complément de la liaison Montpellier-Ajaccio, verra sa fréquence doubler en 2018, quand les destinations Brest et Strasbourg continueront à incarner le modèle Volotea : « être capable de voler vers la Bretagne, avant d’aller chercher la Chine », résume Edo Friart.
Nathalie Sanselme

Sur la photo : Depuis Montpellier, la compagnie low-cost Volotea propose sept destinations dont une vers Montpellier. Crédits : DR