ToulÉco

Publié le mercredi 27 avril 2016 à 18h00min par Isabelle Meijers

Etincelle Coworking se propage à Toulouse et ailleurs

article dffusé le 27 janvier 2016

Les espaces de travail partagé sont de plus en plus prisés par les entreprises comme les indépendants. Après l’inauguration d’un premier espace à Wilson, Etincelle Coworking prévoit l’ouverture à Toulouse de plusieurs autres lieux.

Certains carburent aux fraises Tagada, d’autres au café. Moyenne d’âge trente-cinq ans. La ruche bourdonne. Sur 200 m² près de la place Wilson, des nomades, indépendants ou créateurs de start-ups travaillent côte à côte dans des espaces de bureaux, loués selon leurs besoins à Etincelle Coworking. Déjà présente à Montauban sur 120 m² selon le même principe, l’entreprise affiche complet au point de multiplier prochainement les espaces à Toulouse. En février 2016, ce seront 180 m² qui ouvriront près de la place des Carmes.

Et en 2017, un projet d’achat de 1000 m² entre Capitole et Esquirol devrait se concrétiser. « Un vrai bond en avant, avec acquisition cette fois, contrairement aux autres surfaces louées, ce qui nous amènera à renforcer le capital. Et ce nouvel espace sera aussi doté d’une crèche pour jeunes parents et d’une cuisine partagée », explique Sébastien Hordeaux.

Croiser les expériences et créer du lien

Un pas de plus dans l’expérience collaborative déjà encouragée par le créateur et gérant d’Etincelle Coworking. « Nous sommes attentifs à la notion d’écosystème, de dynamique d’entraide en accueillant des gens d’univers variés, de consultant météo à œnologue ou traducteur en passant par plusieurs start-uppers. L’idée est de croiser les expériences, de créer du lien ».

Créé en janvier 2015, Etincelle Coworking est ouvert 24h sur 24 et 7 jours sur 7. Le gérant ne demande ni caution, ni engagement dans la durée. « Nous répondons à une véritable aspiration des dernières générations à travailler en temps choisi, à la carte, en toute confiance et non plus selon des horaires traditionnels. La porosité entre vie professionnelle et personnelle est plus grande. La digitalisation des activités facilite aussi le télétravail », souligne Sébastien Hordeaux qui cite une étude sociologique où, en 2020, près de 40% de la population active aux USA serait travailleur indépendant.

Des ouvertures à Nantes, Paris, Cahors et Albi

En novembre 2015, Sébastien Hordeaux s’est associé à Delphine Binet pour créer en parallèle Le Cabinet sur 30 m² place de la Daurade. Un concept d’espace loué à l’heure pour les professions libérales, paramédicales ou créatives. Psychologue, masseur, hypnotiseur, naturopathe…se partagent un même cabinet, réduisant ainsi leurs frais fixes. Un deuxième espace à Toulouse est prévu ainsi qu’un développement à Paris et Cahors.

De son côté, Etincelle Coworking devrait s’étendre hors de Midi-Pyrénées, à Nantes dès 2016, alors qu’ « Albi et Cahors sont en veille ». « Le marché bouge vite. Notre logique à terme sera plutôt de coopérer avec de gros acteurs sur place et non pas de viser un monopole », raconte Sébastien Hordeaux. Etincelle Coworking devrait générer un chiffre d’affaires de 600.000 euros en 2017.
Isabelle Meijers

Légende : Sébastien Hordeaux, gérant d’Etincelle Coworking, devant le mur d’annonces des rencontres d’échanges d’expériences au sein de l’espace Wilson.
Crédits : Hélène Ressayres - ToulÉco.