ToulÉco

Publié le lundi 6 novembre 2017 à 21h18min par Isabelle Meijers

Pole Star. L’étoile de la French Tech Toulouse est sur la bonne voie

Pole Star se démène pour saisir une fenêtre d’opportunités dans la géolocalisation indoor. En forte croissance, la French Tech cherche à devenir un acteur majeur à l’international, au Moyen-Orient et en Asie.

« Le marché de la géolocalisation explose. Le besoin émerge de se localiser partout, y compris à l’intérieur des bâtiments, dans les centres commerciaux, les sièges sociaux ou les grands hôpitaux. Pour nous, c’est le moment de la croissance et de l’accélération », analyse Christian Carle, PDG fondateur de Pole Star. Déjà, de 2012 à 2016, l’entreprise a enregistré une croissance de 500% en quatre ans. Elle a également implanté sa première filiale à Los Altos dans la Silicon Valley, où elle est bien repérée dans l’écosystème californien.

Il s’agit désormais de continuer sur cette lancée et de dépasser le cap des 10 millions d’euros de revenus d’ici trois ans, contre un chiffre d’affaires actuel de 3 millions d’euros. Un défi pour ce pionnier de la géolocalisation indoor créé en 2002 à Toulouse.

Prendre des parts de marché stratégiques

« Aujourd’hui, 200 bâtiments dans vingt-six pays dans le monde sont équipés de notre système de géolocalisation. Nous possédons un véritable avantage concurrentiel avec notre technologie unique embarquée dans une application mobile. Celle-ci contient un algorithme de localisation en auto-apprentissage, relié à notre plateforme NaoCloud », explique Christian Carle. Chaque jour, entre 150.000 à 200.000 utilisateurs se connectent à la technologie Pole Star.

Mais le marché des acteurs de la géolocalisation est encore fragmenté alors que le secteur démarre sa phase de consolidation avec d’ores et déjà les géants Google, Cisco ou Apple. Il faut donc aller vite pour la French Tech.

L’export au Moyen-Orient

La France, avec la couverture de quarante sièges sociaux dont BETC, Crédit Agricole ou la Société Générale, occupe 38% de l’activité de Pole Star. Les États-Unis, où l’entreprise équipe une vingtaine de grands hôpitaux, pointent en deuxième place. Mais c’est du côté du Moyen-Orient et de l’Asie que la demande s’accélère. « Nous venons de capter un gros projet multi-sites d’équipement de smart buildings dans la ville de Msheireb, une cité qui sort de terre en périphérie de Doha au Qatar. Pour ce contrat, nous sommes adossés à un partenaire, Orange Business Services », détaille Christian Carle. Un début pour Pole Star qui prévoit un déploiement physique avec des bureaux de représentation au Moyen-Orient et en Chine.

L’innovation menée depuis Toulouse

Employant vingt-trois salariés, l’entreprise a prévu de doubler ses effectifs d’ici mi-2018, notamment en R&D, effectuée exclusivement à Toulouse. Pour soutenir sa croissance, elle compte également lancer une nouvelle levée de fonds de 10 millions d’euros d’ici trois ans, après les 5 millions déjà abondés depuis 2011 de trois fonds actionnaires. Enfin, elle innove avec son tout nouveau Nao Track, une solution qui permet le suivi d’équipements, d’objets ou de dossiers munis de puces à l’intérieur d’un bâtiment. Pour Pole Star, l’accélération, c’est maintenant.
Isabelle Meijers  

Sur la photo : Christian Carle, PDG de Pole Star, envisage de la croissance externe pour accélérer ses prises de marché. Crédits : Hélène Ressayres - ToulÉco