ToulÉco

Publié le jeudi 12 septembre 2019 à 19h00min par Sophie Arutunian

Toulouse. Jean-Luc Moudenc fait le point sur la troisième ligne de métro

Le projet de future troisième ligne de métro a passé un cap administratif important cet été avec la fin de l’enquête publique. Le président de Toulouse Métropole Jean-Luc Moudenc mise toujours sur un début de chantier en 2020.

Exercice sur le fil pour Jean-Luc Moudenc jeudi 12 septembre. Contrairement aux conférences de presse de rentrée traditionnelles, le maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole n’avait pas le droit de s’exprimer sur son bilan en tant qu’élu, en vertu d’une loi qui s’applique depuis le 1er septembre et qui a pour objectif, en vue des municipales, de ne pas mélanger la communication de la collectivité avec celle du candidat.

Jean-Luc Moudenc a néanmoins fait le point sur plusieurs gros dossiers en cours, notamment celui de la future troisième ligne de métro. Une étape importante a été passée cet été avec, le18 juillet, la fin de l’enquête publique (information et concertation des citoyens). « Nous enregistrons un nombre record de participants avec 1882 contributions. En comparaison, l’enquête publique pour la deuxième ligne de métro de Rennes, qui utilise la même technologie, avait recueilli 373 contributions (une enquête publique réalisée en 2011, NDLR) ». Prochaine étape : le rendu de la commission d’enquête, attendu pour le 20 septembre.

« Cet avis, qui sera sûrement assorti de réserves et de recommandations, nous permettra de retravailler le projet et de proposer une mouture final au préfet. Ce dernier pourra prendre l’arrêté de déclaration d’utilité publique et on aura alors totalement terminé le cheminement administratif », poursuit l’édile. Si le calendrier est respecté, Jean-Luc Moudenc espère que le chantier pourra démarrer dès 2020.

Et le budget ?

La commission d’enquête va aussi se pencher sur le plan de financement de cette troisième ligne de métro. Jean-Michel Lattes, président de Tisséo, n’est pas inquiet, mais un peu las de répondre à cette question : « de toute façon on ne pouvait pas aller à l’enquête publique avec un budget non équilibré et non financé. Les enquêteurs vont donc observer ce que nous avons proposé, et feront office de juge de paix puisqu’ils auront un regard objectif. En 1983, quand Dominique Baudis a créé la ligne A, ses opposants lui disaient que ce n’était pas finançable, on voit ce qu’il en est aujourd’hui ».

Pour rappel, cette ligne de métro nécessite un budget d’un peu plus de 2,7 milliards d’euros, et de longue date, l’opposition dénonce l’insoutenabilité financière de ce projet.
Sophie Arutunian

Sur la photo : le maire de Toulouse et président de Toulouse Métropole Jean-Luc Moudenc, le 12 septembre 2019, lors de la traditionnelle conférence de rentrée. Crédits : Rémy Gabalda - ToulÉco

2 Commentaires

Répondre à cet article