Conjoncture. L’aéronautique confirme sa perte de vitesse en Occitanie

Dans sa dernière enquête de conjoncture, l’Insee affirme que le secteur a perdu 8800 postes en 2020 en Occitanie et en Nouvelle-Aquitaine, soit 5,5% de ses effectifs, en raison de la pandémie.

Le choc est rude. La crise a mis à terre une économie régionale pourtant florissante jusque-là et créatrice de 10.000 emplois sur deux ans, en 2018 et 2019. Or, l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), qui vient de publier ce mois sa dernière enquête de conjoncture affirme que la filière aéronautique a perdu 8800 emplois en 2020, soit 5,5% de ses effectifs. L’Occitanie, très dépendante de ce secteur, paye un plus lourd tribut que la région voisine, avec 6250 emplois en moins.

Si les principaux donneurs d’ordre – Airbus et Safran en tête - n’ont pas vu leurs équipes fléchir, ou à peine, les sous-traitants, fournisseurs et prestataires de services, eux, accusent le coup. Sans surprise, la Haute-Garonne perd le plus d’emplois. Le département, berceau d’Airbus et de la filière, a vu un peu moins de 5000 postes supprimés. Le Lot souffre également. Ce territoire, qui héberge Figeac Aero notamment, voit également ses effectifs baisser de 9,2%.

3000 emplois en moins dans l’ingénierie

Dans le détail, la métallurgie est l’activité la plus impactée par cette crise et explique à elle seule près de la moitié de cette baisse, avec 2100 salariés en moins. La fabrication des équipements électriques et électroniques arrive en seconde position. La maintenance et la construction aéronautique et spatiale résistent mieux.

Par contre, le tertiaire souffre et s’effondre avec une baisse de 7,9% des effectifs, car les salariés des activités informatiques travaillent à 90% pour la filière aéronautique et spatiale. Aussi, c’est dans l’ingénierie que les effectifs chutent le plus fortement : - 10,2%, soit une baisse de 3000 salariés.

Méli-mélo économique

Mais au-delà de l’aéronautique, le Covid-19 a fait basculer l’Occitanie dans une crise économique et sociale dont les dégâts ne seront complètement mesurables qu’à la sortie des aides qui ont permis jusqu’ici de limiter la casse. En 2020, 20.400 emplois ont été supprimés dans les secteurs du commerce, de la fabrication de matériel, du transport, de l’hébergement et de la restauration.

« En ce début d’année, on est dans un entre-deux, dans un méli-mélo. L’économie fait preuve de résilience. On constate peu de défaillances d’entreprise et les emplois résistent », note Caroline Jamet, la directrice de l’Insee. « Dans le même temps, l’économie est fragile. Le jour où les entreprises devront rembourser les prêts, il y aura des conséquences sur l’emploi. »
Audrey Sommazi

Sur la photo (archives) : Alors que l’orage arrive un avion de ligne est en phase atterrissage en direction de Toulouse-Blagnac . Crédits : Rémy Gabalda- ToulÉco.

Tous les lundis, retrouvez l’actualité de l’aéronautique régionale sur touleco.fr.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Conjoncture-L-aeronautique-confirme-sa-perte-de-vitesse-en,30997