Destinée aux agriculteurs, l’appli Canari fait son nid depuis Toulouse

Makina Corpus, société de services en ingénierie logicielle Makina Corpus, société de services en ingénierie logicielle à Toulouse, va poursuivre cette année le développement de Canari, son application de prévision climatique destinée aux agriculteurs. Cette solution, créée avec la collaboration notamment de Solagro, a beaucoup plu à Météo-France, qui va être partenaire d’une nouvelle version qui va voir le jour en 2023.

Une application qui porte le nom d’un charmant petit oiseau jaune mais qui est encore loin de battre de l’aile. Bien au contraire. Canari [1], qui a été lancée en février 2022 au Salon de l’agriculture, ne cesse depuis de se déployer. La solution gratuite de visualisation d’indicateurs climatiques à destination des agriculteurs compte déjà plus de 800 comptes actifs et plus de 5200 calculs y ont été réalisés. Elle a été développée par deux structures toulousaines : le créateur de logiciels libres toulousain Makina Corpus et Solagro, une entreprise associative spécialisée dans la transition agroécologique.

Canari ne chante pas mais « permet de visualiser les évolutions climatiques sur une période allant de 1985 jusqu’à 2100 et couvre tout le territoire français par zone de 12 kilomètres carrés », résume Amandine Boivin, responsable marketing et communication de Makina Corpus. Sécheresse, excès de précipitations ou de gel, les agriculteurs doivent désormais s’adapter à l’accélération de ces phénomènes et trouver des solutions face au changement climatique. « Canari leur permet d’anticiper et prend en compte différents modèles, du plus au moins pessimiste », explique la responsable marketing.

Lire par ailleurs : Le pôle Agri Sud-Ouest Innovation lance des projets à tout bout de champ

La première version de Canari a été financée par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) et a bénéficié notamment de l’appui scientifique du laboratoire français IPSL (Institut Pierre Simon Laplace), situé dans les Yvelines, ainsi que de l’unité MARS du JRC (Joint Research Center), centre de recherche de l’Union européenne. Elle aurait aussi bénéficié du soutien du ministère de l’Agriculture et de la souveraineté alimentaire.

De 120 fermes françaises à un déploiement européen

La plateforme compte cent-vingt indicateurs agroclimatiques (nombre de jours chauds, nombre de jours de gel...) et quatre-vents plus spécifiques au métier d’agriculteur (indice de fraîcheur des nuits, dernier jour de gel printanier, etc.). Avant que Canari ne pointe le bout de son bec, il y avait déjà eu le projet AWA, déjà avec Solagro. Celui-ci était centré uniquement sur un échantillon de cent-vingt fermes et tout était fait manuellement. C’était un prototype de l’application actuelle, qui va encore gagner en performance en 2023.

Lire par ailleurs : Face au rechauffement climatique, l’Arec et la Chambre régionale d’agriculture d’Occitanie s’allient

Météo France, qui cherchait à lancer une application similaire, s’est en effet associé avec Makina Corpus et Solagro pour une deuxième version de Canari. Les partenaires veulent s’appuyer désormais sur les projections climatiques régionalisées DRIAS 2020, considérées comme le jeu de données de référence pour la France métropolitaine pour ce type de projections climatiques. Cette V2 est annoncée pour le premier trimestre 2023. Un autre projet destiné aux communes françaises est aussi dans les tuyaux pour un peu plus tard.

Parallèlement, Canari va avoir un développement européen à tire-d’aile grâce à la création d’une version Canari Europe. Ce déploiement va se faire grâce au fond d’investissement 2050, et va commencer par l’Allemagne, l’Estonie et l’Espagne. Logique pour cette dernière, et ses iles nommées... Canaries.
Matthias Hardoy

Sur la photo : le logiciel Canari permet de visualiser des indicateurs précieux pour les agriculteurs. Crédits : Marina Corpus.

Zoom sur Makina Corpus :
La société de services en ingénierie logicielle est composée de cinquante collaborateurs. Elle est présente sur Paris, Toulouse (une partie de la direction et la majorité des effectifs), Nantes ( son siège officiel) et Bruxelles. Makina Corpus consacre 15% de son chiffre d’affaires à la R&D et collabore régulièrement avec des laboratoires de recherche. Son dernier chiffre d’affaires est de 3,5 millions d’euros.

Six collaborateurs Makina Corpus ont travaillé sur le projet Canari : un chef de projet, trois développeurs, un webdesigner et un administrateur système. Tous sont basés à Toulouse.

Notes

[1Pour Climate Analysis for Agricultural Recommendations and Impacts

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Makina-Corpus-Destine-aux-agriculteurs-son-appli-Canari-fait-son,36382