Satys mise sur l’aéronautique pour mieux décoller aux États-Unis et en Allemagne

Avec une levée de fonds de 40 millions d’euros, le spécialiste toulousain de la protection de surface pour avion neuf et en exploitation prévoit de nouvelles implantations aux États-Unis et en Allemagne.

Une fois de plus, Satys fait parler de lui. Au printemps dernier, ce sous-traitant aéronautique rachetait PMA à Marseille (Bouches-du-Rhône). En ce début du mois d’octobre, il annonce concentrer ses efforts dans le secteur de l’aéronautique. Ce qui signifie, d’une part, qu’il se réorganise en interne en deux entités au capital distinct : Satys Aerospace assure la peinture, la repeinture, l’étanchéité et le traitement de surface des avions neufs et exploités, tandis que Satys Interiors se consacre à la conception et rénovation des intérieurs des trains.

D’autre part, pour conforter sa place de leader, revendiquée comme telle, sur ce marché, l’équipementier vient de procéder à une levée de 40 millions d’euros pour sa seule filiale aéronautique, souscrite par ACE Capital Partners (filiale de Tikehau Capital) qui, à lui seul, injecte 30 millions d’euros, suivi du Crédit Mutuel Equity, BPI France et Irdi Capital Investissement.
Néanmoins, Christophe Cador, le fondateur et actuel patron du groupe conserve sa majorité.
« On repart sur un cycle de croissance », commente Gregory Mayeur, directeur général de Satys Aerospace. « On se diversifie, on complète l’offre et on se massifie. »

200 emplois crées par an jusqu’en 2025

Concrètement, outre la croissance organique du groupe liée à la remontée des cadences, Satys envisage de s’implanter en 2022 dans le sud des États-Unis, au plus près des acteurs de la maintenance (MRO). « Nous n’aurons pas besoin de reprendre une entreprise », prévient-il. « Mais, on est à l’écoute du marché. Et on devrait trouver un hangar ou plusieurs sur un site situé autour du Texas. »

Satys Aerospace veut aussi accompagner la réorganisation des filiales aérostructures d’Airbus. En septembre, l’avionneur européen a annoncé la création d’Airbus Atlantic, qui chapotera en 2022 ses activités d’assemblage de sous-ensemble à Nantes et Saint-Nazaire avec celles de sa filiale Stelia Aerospace. L’Allemagne est concernée par ce projet. Puisqu’Airbus a également prévu de regrouper ses activités à Finkenwerder (FAL de Hambourg) avec celles de Premium Aerotec. « Il y aura des opportunités et on veut se positionner », soutient le directeur général.

La croissance externe est également un des leviers de croissance. « Il peut y avoir des acquisitions potentielles », avoue M. Mayeur. Pour accompagner son développement, Satys Aerospace prévoit de recruter 200 personnes par an pour conforter ses 1800 salariés dans le monde, dont moins de 900 personnes sont réparties sur les onze sites français. Satys Aerospace table sur 250 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2025, contre 110 millions en 2021.
Audrey Sommazi

Sur la photo : La peinture, une des activités du groupe Satys, dont le siège est à Toulouse.
Crédit : Satys.

P.S. :

Tous les lundis, retrouvez l’actualité de l’aéronautique régionale sur touleco.fr.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Satys-mise-sur-l-aeronautique-pour-mieux-decoller-aux-Etats-Unis,32224