Toulouse. Avec Adagos, l’intelligence artificielle se fait économe

On associe souvent intelligence artificielle et big data. La start-up toulousaine Adagos émet l’hypothèse inverse et applique le principe de parcimonie. Avec des débouchés dans de multiples domaines.

Utiliser le moins de matière possible pour construire l’édifice le plus solide possible : telle est l’image qu’invoque le mathématicien Mohamed Masmoudi, fondateur d’Adagos, pour présenter le réseau de neurones artificiels imaginé par l’entreprise. Le spin-off de l’Institut de Mathématiques de Toulouse créé en 2011 a choisi un créneau prometteur dans le domaine de l’IA, plaçant le principe de parcimonie au cœur de ses activités et l’appliquant à l’intelligence artificielle. « Il est des domaines où les données disponibles ne sont pas nombreuses ; il faut pouvoir recourir à des techniques d’apprentissage peu gourmandes en données, pour des pronostics au moins aussi fiables », prévient le chercheur.

Jumeau numérique

C’est ainsi qu’Adagos a produit un réseau de neurones artificiels d’un nouveau genre, capable de prédictions précises et exactes grâce aux données « utiles » qu’il sait aller chercher. Inspiré du cerveau humain, ce jumeau numérique, baptisé NeurEco, est beaucoup plus petit que les réseaux de neurones artificiels traditionnellement développés. La solution a été adoptée par Framatome pour des applications en matière d’énergie nucléaire ou par Continental pour son véhicule du futur. Dans le domaine de la santé, il s’utilise par exemple dans la prévention de maladies coronariennes ou dans les techniques de chirurgies rachidiennes ; Adagos est d’ailleurs participants du programme de recherche européen sur la modélisation de la colonne vertébrale Spinner EID.

L’équipe, aujourd’hui composée de douze chercheurs et développeurs, devrait continuer à grandir pour doubler à l’horizon 2022. Pour 2020, l’entreprise devrait atteindre un chiffre d’affaires de 1 million d’euros, contre 600.000 euros en 2019.
Valérie Ravinet

Sur la photo : L’équipe Adagos, dans ses locaux de Ramonville. Crédits : VR

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Toulouse-Avec-Adagos-l-intelligence-artificielle-se-fait-econome,30066