BTP. L’entreprise de Toulouse Bativigie s’adapte au coronavirus

Après la lutte contre le travail illégal dans le bâtiment et l’industrie, Bativigie fait évoluer son application et lance coronavigie : un nouvel outil pour veiller au respect des consignes sanitaires.

Créée il y a cinq ans par Frédéric Pradal, ingénieur toulousain à la tête d’un bureau d’études techniques dans le bâtiment, Bativigie, plateforme de lutte contre le travail illégal, a trouvé son public. Depuis sa création, 6000 chantiers on été réalisés sous Bativigie dans toute la France. Grâce à ce logiciel, et en cas de recours à la sous-traitance sur un chantier, les donneurs d’ordre peuvent s’assurer que les entreprises intervenantes sont en conformité avec la loi. La plateforme permet en effet, moyennant un abonnement forfaitaire par chantier, de vérifier une douzaine de points : carte d’identité, attestation Urssaf, déclaration de détachement, etc.

Depuis 2018, le service décliné sous la marque Activigie, a dépassé les frontières du bâtiment. « Nos clients sont aussi des industriels qui ont d’importants besoins en maintenance nécessitant parfois des arrêts techniques de leurs sites, ainsi que des secteurs faisant appel à de nombreux prestataires extérieurs comme l’événementiel, la grande distribution, l’hôtellerie, les établissements de santé… Nous intervenons à ce jour sur une cinquantaine de sites, » décrit Frédéric Pradal.

Serein malgré la crise

En pleine crise du coronavirus, Bativigie a fait preuve de réactivité et lancé en quelques semaines une version « coronavigie » de son application. Objectif ? Permettre aux entreprises déjà clientes de s’assurer que les salariés présents sur les chantiers et les sites industriels à l’heure de la reprise, disposeront bien des équipements de protection obligatoires (gants, masques, gel hydro-alcoolique). « Si un défaut est constaté, une déclaration d’incident est activée par la plateforme avec une notification simultanée au donneur d’ordres et l’entreprise employeur », décrit le fondateur.

S’il est encore trop tôt pour faire un bilan de cette nouvelle fonctionnalité lancée il y a quinze jours, l’entrepreneur est optimiste. « Nous proposons ce nouveau service sans frais supplémentaires aux entreprises déjà clientes, mais j’espère bien gagner de nouvelles parts de marché grâce à coronavigie et je vois l’avenir de façon très sereine », assure Frédéric Pradal. « Avec la crise que nous vivons, nos clients devront plus que jamais être en mesure de contrôler tout ce qui se passe sur leur site. »

Bativigie affiche un chiffre d’affaires de 1 million d’euros, en hausse de 50 %, pour l’exercice 2018/2019, et espère au moins l’équivalent pour 2019/2020. L’entreprise qui compte à ce jour quatorze salariés, a prévu quatre embauches dans les douze prochains mois et réfléchit à une première levée de fonds pour développer de nouvelles fonctionnalités.
Béatrice Girard

Sur la photo : Frédéric Pradal, fondateur de Bativigie, lance une version Coronavigie de son application. Crédits : Hervé Hot.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/BTP-L-entreprise-de-Toulouse-Bativigie-s-adapte-au-coronavirus,28752