Éducation, santé, télétravail : à Toulouse, des start-up rendent leurs services gratuits

Près d’une dizaine de jeunes pousses, sélectionnées par la French Tech Toulouse, propose des services gratuits à destination des particuliers, des étudiants et des entreprises, afin d’aider à supporter les mesures de confinement liées au covid-19. Explications.

La pandémie de coronavirus aura eu moins cela de positif qu’elle crée chez les entrepreneurs et entrepreneuses un élan de solidarité rarement vu. À Toulouse, neuf start-up, réunies sous la bannière de la La French Tech Toulouse, proposent leurs services gratuitement pour aider les acteurs de la santé, les citoyens, les salariés, les entreprises ou l’État, à faire face à cette situation exceptionnelle. Ces start-ups ont été sélectionnées par le board de la French Tech Toulouse. « Nous avons reçu plus de trente candidatures de start-up voulant proposer leurs services gratuitement, mais nous voulions nous assurer que ces services collaient bien aux besoins actuels dans la crise que nous connaissons, et que c’était fait pour des bonnes raisons, pas seulement pour se faire de la publicité », indique Alexis Janicot, directeur de la French Tech Toulouse. Pour lui, « cet élan de générosité correspond à ce que veut être fondamentalement French Tech Toulouse : être en lien avec la société, et à son service ».

Dans la santé

Côté santé, Kaduceo, spécialisée dans l’analyse et la prédiction des parcours de soins, travaille actuellement avec le centre hospitalier de Créteil sur la mise à jour des modèles pour aider à la prédiction des entrées de patients liés au Coronavirus et des autres. L’objectif est d’aider les équipes soignantes dans l’organisation et l’anticipation et Kaduceo propose d’appliquer ces modèles gratuitement à d’autres établissements.
Iriade est une plateforme web de télésuivi - télécoaching de patients qui anime une vingtaine d’applications dans le domaine santé/médical et social. Dans le cadre de l’épidémie, elle met à disposition plusieurs applications validées par les équipes médicales et soutenues par l’APHP et l’Inserm.
Telegrafik qui propose une solution pour veiller à distance sur un proche âgé vivant seul en Haute-Garonne, offre la solution Otono-me pendant sept mois pour les vingt premiers répondants.

Éducation pendant le confinement

Alors que les collégiens et lycéens se retrouvent sans professeurs pendant la durée du confinement, la start-up Schoolmouv met en ligne des contenus pédagogiques pour 1euro symbolique.
Vyfe, start-up spécialisée dans le vidéo-training, propose gratuitement sa plateforme de vidéo training et de coaching à distance aux formateurs et aux enseignants qui doivent assurer des formations à distance

Pour les entreprises

MyFeelBack, spécialisée dans le filtre et gestion des demandes, propose gratuitement la création d’un questionnaire de diagnostic pour filtrer les demandes au Samu ou tout autre questionnaire « intelligent » permettant une meilleure gestion du flux des appels et du travail.
De son côté, Tamplo, première application collaborative qui intègre la conduite de réunion à la gestion de projet, propose l’utilisation de la solution gratuitement pendant vingt-neuf jours, et Bleexo met gratuitement à disposition son outil d’enquêtes et de prise de pouls régulier. Cette solution permet de mesurer le bien-être et l’expérience collaborateurs en entreprise.
Enfin, Guty, plateforme d’experts en innovation, propose de mobiliser rapidement et gratuitement des start-upers pour concevoir de nouvelles plateformes et innovations en réponse aux besoins liés au coronavirus.

L’appel aux start-up est toujours en cours, et d’autres rejoindront au fur et à mesure cette initiative. Les jeunes poussent non sélectionnées peuvent bien sûr quand même proposer la gratuité de leurs services, mais ne bénéficieront pas d’un relais de communication de la French Tech Toulouse.
Sophie Arutunian

Sur la photo, de gauche à droite : Shannon Picardo, fondateur de Schoolmouv, Carole Zisa-Garat, présidente de Telegrafik, Alexis Janicot, directeur général de French Tech Toulouse, Aurore Beugniez et Stéphane Contrepois, deux des trois dirigeants, avec Julien Hourregue, de MyFeelBackMyFeelBack. Crédits : Hélène Ressayres, Rémy Gabalda, et DR. Photomontage ToulÉco.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Covid-19-A-Toulouse-neuf-start-up-rendent-leurs-services,28326