Fruits et légumes. PimpUp étend sa lutte anti-gaspi à Toulouse

Après Montpellier, PimpUp propose à Toulouse ses services de livraison de paniers de fruits et légumes de saison sauvés du gaspillage. Une première étape avant de se déployer ailleurs en France.

Leur ambition ? « Sauver, par an, un million de tonnes de nourriture du gaspillage en France et en Europe », répondent en chœur Manon Pugnacco et Anaïs Lacombe. Pour cela, les deux jeunes entrepreneures de 24 ans ont créé PimpUp à Montpellier en 2021. Définie statutairement comme entreprise à mission, la start-up assure un service de livraison en points relais de paniers de fruits et légumes de saison, refusés par les circuits de distribution classique pour des raisons esthétiques ou de calibres. PimpUp, qui a intégré le pôle Agri Sud-Ouest Innovation, vient d’étendre son offre à Toulouse depuis décembre 2022. « Et nous prévoyons d’être présents dans les quinze plus grandes villes de France dans les trois ans à venir », complète Manon Pugnacco.

Une double sensibilité environnementale et technique

Les deux créatrices ont été sensibilisées à la culture de la terre et à la lutte anti-gaspillage par leurs familles. « Mes grands-parents étaient paysans dans la Drôme et je ramassais beaucoup de fruits tombés de l’arbre, trop mûrs pour la vente. Quant à Anaïs, sa maman est fondatrice d’une Amap entre Aix et Marseille », raconte Manon Pugnacco. Un engagement environnemental doublé d’une formation d’ingénieures, spécialistes de data engineering, qui les a amenées à concevoir PimpUp.

Lire par ailleurs : Agriculture. Les Maraîchers du Ciel entament leur ascension

Les fondatrices ont commencé par nouer des partenariats avec de grandes coopératives de producteurs, qui représentent aujourd’hui 80 % du panier, telles Imago Bio à Perpignan, Nanteurop ou Racines Carrées en Bretagne. Le panier est complété par les fruits et légumes de petits producteurs locaux des Min de Montpellier et Toulouse.

Essaimer via une communauté engagée

La plateforme en ligne de PimpUp permet de passer commande pour une livraison hebdomadaire, sous forme d’abonnement, dans le point relais de son choix. À Montpellier, PimpUp dispose de cinquante points relais et revendique 900 abonnés actifs. « À Toulouse, nous démarrons avec vingt-six points de livraison. Mais, d’ici à trois ans, dans chacune des deux villes, nous espérons passer à 2000 abonnés et cent-cinquante points de livraison », détaille Manon Pugnacco. PimpUp cherche ainsi à créer une communauté de points relais engagés dans la lutte anti-gaspi, tels des petits commerçants artisans.

« Nous avons aussi adopté un modèle de sous-traitance logistique, qui privilégie les livraisons en vélos-cargos ou véhicules électriques. Les préparations des commandes sont effectuées dans des ateliers d’insertion », souligne Manon Pugnacco. La start-up est incubée au Bic de Montpellier. Elle vient par ailleurs d’être sélectionnée dans le cadre du Founders Program de Station F à Paris et a installé une partie de ses équipes de dix salariés dans la pépinière alimentaire du Min de Toulouse. PimpUp prévoit une année 2023 à 800.000 euros de chiffre d’affaires, après avoir réalisé 150.000 euros en 2022.
Isabelle Meijers

Sur la photo : De gauche à droite, Anaïs Lacombe et Manon Pagnucco, cofondatrices de PimpUp, se sont rencontrées pendant leur formation à l’école d’ingénieurs EPF. Crédit photo : Céline Escolano.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Fruits-et-legumes-PimpUp-etend-sa-lutte-anti-gaspi-a-Toulouse,36590