La cuisine de l’espace se prépare depuis Toulouse

Des chercheurs, des scientifiques, des producteurs locaux, des élèves ingénieurs et un chef cuisinier s’accordent pour concocter et embarquer l’alimentation dans l’espace à l’horizon 2024.

C’est un heureux hasard. Alors que la massive fusée SLS (Space Launch System) s’est, malgré les deux premiers échecs, arrachée du Centre spatial Kennedy à Cap Canaveral (Floride) mercredi 16 novembre, emportant un vaisseau Orion vide de passagers dans le cadre de la mission Artemis-1, une start-up toulousaine, un chef cuisiner étoilé, des écoles d’ingénieurs et le CNRS s’étaient aussi donnés rendez-vous le même jour. À Toulouse, au Grand Marché Min Toulouse Occitanie, ces acteurs ont signé un partenariat qui doit lancer des projets au service de l’alimentation sur le sol lunaire à l’horizon 2024.

webtouleco1.jpg
webtouleco2.jpg

« Notre objectif n’est pas de coloniser la Lune », prévient Caroline Laurent, directrice des systèmes orbitaux et des applications au Cnes. « Elle sera une base intermédiaire, un point de passage, vers les grandes explorations comme Mars. »

Mais, déjà, chaque acteur impliqué s’interroge et veut apporter sa pierre à l’édifice. Depuis son atelier de fabrication à Escalquens, la start-up Orius conçoit et fabrique des équipements pour produire des végétaux en environnement spatial, sans intrants chimiques, tout en contrôlant des paramètres, tels que la lumière et la vitesse du vent. Et elle est dans les starting-blocks. « Nous avons les machines mais nous n’avons pas encore choisi les plantes », souligne Paul-Hector Oliver, président et cofondateur de la jeune pousse. « Tout cela reste à définir. »

« Au boulot ! »

Thierry Marx, lui, ne part pas d’une feuille blanche. Le chef cuisinier étoilé et le physico-chimiste Raphaël Haumont, à la tête du Centre français de l’innovation culinaire de l’université Paris-Saclay (CFIC), ont concocté quelques recettes pour le spationaute Thomas Pasquet et ses collègues de la Station spatiale internationale, ISS. Au menu : gâteau de pommes de terre et oignons de Roscoff truffés, boeuf de sept heures sauce aux cèpes et amandine aux poires caramélisées.

« On sait que nous allons travailler sur les produits et leur végétalisation », explique le chef cuisinier, qui mettra l’accent sur le grammage, le relief et goût. « Je suis comme un poisson dans un bocal », lance-t-il, ravi. « On peut travailler ensemble car il n’y a pas de conflit entre tradition et innovation. » Maguelone Pontier, la directrice du Grand Marché Min Toulouse Occitanie, s’est elle aussi félicitée de cette collaboration. « Aujourd’hui, c’est le jour 1. C’est le début du boulot ! »
Audrey Sommazi

Sur la photo : Thierry Marx chef étoilé est entouré par les différents partenaires. Crédit : Rémy Gabalda-ToulÉco.

P.S. :

Tous les lundis, retrouvez l’actualité de l’aéronautique régionale sur touleco.fr.

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/La-cuisine-de-l-espace-se-prepare-depuis-Toulouse,36039