Montpellier. Ink’Avocat facilite l’envoi de documents entre les avocats et leurs clients

L’application Ink’Avocat a été créée par une avocate au barreau de Montpellier en septembre 2022. Elle permet de faciliter l’envoi de documents entre les avocats et leurs clients. Une chronique en partenariat avec France Bleu Hérault.

L’application Ink’Avocat simplifie la vie des avocats et de leurs clients. Fini d’envoyer par mail et dans des formats différents les documents nécessaires au traitement d’un dossier. Avec cette application créée à Montpellier en septembre 2022, tout est envoyé en même temps et au même endroit. Entretien avec Corinne Ferrer, avocate au barreau de Montpellier et inventrice d’Ink’Avocat.

Vous en aviez assez de recevoir des documents de vos clients en pagaille et dans différents formats ?
Oui, j’ai identifié la problématique pendant le premier confinement. Je recevais beaucoup d’emails de mes clients avec des pièces dans des formats photo différents. Je me suis dit qu’il fallait trouver une solution. Mon fils de 20 ans m’a aidé parce que c’est un geek qui s’intéresse à la question, et donc on a conçu ensemble cette application Ink’Avocat.

Est-ce que c’est vraiment une problématique dans votre profession d’avoir des dossiers incomplets où les documents sont envoyés au goutte à goutte et dans des mails différents ?
La problématique de départ, c’est que les cabinets d’avocats ont besoin de se numériser. C’était déjà la tendance avant le confinement, mais ça s’est accéléré avec la crise sanitaire. Et en face, on a notamment des particuliers qui, eux, se désintéressent des outils bureautiques et qui se tournent principalement vers le smartphone. Ils envoient plutôt des photographies des documents pris sur la table de la cuisine avec différents formats, souvent du page à page par différents canaux, que ce soit du mail, par SMS et également par WhatsApp. Ce qui fait un véritable puzzle à reconstituer pour l’avocat qui reçoit ces documents.

Est-ce une charge administrative supplémentaire ?
Oui, et il y a a deux solutions. Soit on rappelle le client indéfiniment pour qu’il refasse le travail, ce qui n’est pas forcément très bon pour la relation client. Soit on subit et on change nous-mêmes les formats. Donc c’est une charge supplémentaire pour les cabinets d’avocats.

Votre application Ink’Avocat présente une solution à cette problématique. Concrètement, comment fonctionne-t-elle ?
Il y a la conjugaison de trois fonctionnalités. La première, c’est une liste de pièces préconçues que l’avocat peut, à loisir, augmenter ou réduire. Il va la personnaliser en fonction du dossier qui l’intéresse.
La deuxième, c’est un scanner mis à disposition dans l’application et qui va se substituer en réalité à l’appareil photo. Donc la pièce va être améliorée, redressée, contournée. Fini les photos prises sur la table de la cuisine.
Et enfin, la troisième fonctionnalité, c’est le collecteur de pièces. Grâce à lui, les pièces ne sont envoyées à l’avocat que lorsqu’elles ont toutes été renseignées. Pour que toutes les pièces soient envoyées simultanément pour un gain de productivité également.

Est-ce une simplification pour tout le monde ?
Oui et c’est aussi pour le client de l’avocat le fait d’être compris dans ses difficultés relatives à l’outil numérique.
Tous les avocats peuvent l’utiliser. Il suffit de s’abonner pour utiliser votre application ?
Il y a un abonnement qui est sans engagement, qui est à 25 euros par mois par cabinet d’avocat et résiliable à tout moment. Pour les clients, c’est totalement gratuit. C’est un outil qui est mis à disposition par leurs avocats pour que les clients puissent l’utiliser.
Propos recueillis par Morgane Guiomard
Photo DR.

Ecoutez l’interview audio de Corinne Ferrer, sur France Bleu Hérault

Réagir à cet article

Source : https://www.touleco.fr/Montpellier-Ink-Avocat-facilite-l-envoi-de-documents-entre-les,36102